Reporters sans frontières

40662

Accueil - Afrique - Zambie

Trois journalistes violemment agressés par des membres du parti au pouvoir, leur matériel confisqué

Trois journalistes violemment agressés par des membres du parti au pouvoir, leur matériel confisqué

Publié le mercredi 20 juillet 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne la violente agression de Dainess Nyirenda, Emmanuel Kaluba, et Annita Kalwani, respectivement reporter et caméramen pour la chaîne de télévision privée Muvi TV, ainsi que leur chauffeur, le 18 juillet 2011, par des membres du Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD, parti au pouvoir). La police a d’ores et déjà ouvert une enquête et arrêté deux suspects, le 19 juillet. Ces derniers sont poursuivis pour "agression, offense criminelle et extorsion d’argent sous de faux prétextes".

"L’agression, particulièrement violente et barbare, de l’équipe de Muvi TV ne doit pas être banalisée. Nous saluons la volonté de la police de retrouver rapidement les coupables et de les traduire en justice. A trois mois de la tenue d’élections générales dans le pays, nous appelons les militants politiques à faire preuve de retenue et à ne pas reproduire ce genre d’attaques contre la presse. Nous espérons que les autorités zambiennes n’accorderont aux coupables aucune protection particulière en raison de leur appartenance au parti au pouvoir. Il est primordial de garantir un climat favorable aux professionnels des médias", a déclaré Reporters sans frontières.

Dainess Nyirenda, reporter, les cameramen Annita Kalwani et Emmanuel Kaluba, et leur chauffeur Edward Ntele s’étaient rendus dans la ville de Nakachenje, à l’ouest de la capitale Lusaka, afin d’enquêter sur des allégations selon lesquelles des membres du parti MMD se seraient illégalement approprié et partagé des terres. A l’arrivée de l’équipe de Muvi TV, une centaine de cadres du MMD était présente sur les lieux. Alors qu’ils prenaient quelques images, les professionnels des médias ont été rapidement encerclés et roués de coups. Selon les victimes, les assaillants chantaient le slogan "boma ni boma" (le gouvernement est le gouvernement). Ces derniers ont en outre confisqué les équipements des journalistes, dont une caméra, un microphone, et quatre téléphones portables, et leur ont extorqué une somme indéterminée d’argent.

Dans une vidéo diffusée sur la chaîne Muvi TV, Annita Kalwani témoigne : "Nous avons été sévèrement frappés. Ils ont essayé de me violer. Nous avons essayé de courir vers notre voiture. Ils ont menacé de nous brûler vifs." Emmanuel Kaluba a été battu à coups de pierres, de bâtons et blessé à la bouche. Mis à terre, le chauffeur Edward Ntele a été attaqué à l’arme blanche et entaillé au front. Traumatisées, Dainess Nyirenda et Annita Kalwani souffrent, quant à elles, de blessures internes.

Photo : Edward Ntele, Dainess Nyirenda et Emmanuel Kaluba (Muvi TV)

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums