Reporters sans frontières

NOS ACTIVITÉS

Publié le mercredi 12 septembre 2012. Mis à jour le jeudi 30 avril 2015.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EnglishEspañol

INTERPELLER LES CONSCIENCES

- Un plaidoyer multilingue

En français comme en anglais, en espagnol, en arabe et en farsi, et dans d’autres langues encore (chinois, portugais, russe, etc.), l’organisation publie chaque jour des rapports et communiqués sur la situation de la liberté de l’information dans le monde et les atteintes à celle-ci. Les différentes publications, les tribunes et les interventions dans la presse internationale sensibilisent le grand public et influencent les dirigeants sur des cas particuliers et des thèmes transversaux.

- Une chaîne d’alerte

RSF recense toutes les atteintes à la liberté de l’information, toutes les exactions contre des journalistes, tous les actes de censure, après avoir vérifié et recoupé ses informations. Elle adresse ensuite des lettres de protestation aux autorités, afin de peser sur les gouvernements qui ne respectent pas le droit d’informer et d’être informé, et envoie des communiqués aux médias, afin de les mobiliser en faveur des journalistes persécutés. Dans certains cas, recenser les informations ne suffit pas. Une délégation de Reporters sans frontières se rend alors sur le terrain afin de mieux connaître les conditions de travail des journalistes, d’évaluer la situation de la liberté de la presse, d’enquêter sur des cas de journalistes emprisonnés ou assassinés et de rencontrer les autorités du pays.

- La défense des héros

Reporters sans frontières défend les journalistes et citoyens journalistes empêchés de collecter et de diffuser des informations. Lauréats du « prix RSF pour la liberté de l’information » ou anonymes bénéficiant des programmes de l’organisation sur le terrain, les destinataires du soutien de RSF sont des modèles de courage et d’abnégation dans leurs pays. En Syrie comme en Chine, en Iran comme en Erythrée, aux Etats-Unis comme en France, Reporters sans frontières agit pour ceux qui incarnent la liberté de l’information

- Le classement mondial

Le « Classement mondial de la liberté de la presse », publié chaque année, mesure le degré de liberté dont bénéficient les médias dans 180 pays. Il suscite les réactions de nombreux gouvernements, bien ou mal classés. Cet outil permet à RSF d’objectiver ses priorités, et de fournir une vision sur le long terme des avancées et reculs des Etats considérés. En 2012, RSF a donné une nouvelle dimension à cet outil de référence. Le questionnaire a été complété, le nombre des répondants triplé. La Banque mondiale utilise le Classement pour mesurer la qualité de l’état de droit dans les différents pays.

- Le bilan annuel

Le bilan annuel de Reporters sans frontières, établi chaque année, recense les violations de la liberté de l’information et les attaques de journalistes par pays. Le bilan permet d’établir des tendances, dans la durée, par pays et par régions, de témoigner de la situation et des évolutions de la liberté de la presse. Il constitue ainsi un outil de premier ordre à disposition des journalistes, des instances internationales et des décideurs politiques

- Mobilisations pour les journalistes otages

Après avoir établi l’utilité et la pertinence des actions, Reporters sans frontières initie et coordonne une mobilisation afin de sensibiliser les responsables politiques et le grand public au cas des journalistes otages. L’organisation met ses outils et ses compétences à la disposition des comités de soutien, comme ce fut trop souvent le cas ces dernières années pour des otages de différentes nationalités.

- Des campagnes de sensibilisation

Nos campagnes de communication, produites gracieusement pour RSF par les plus grandes agences de publicité, font le tour de la planète. Conçues pour interpeller et déranger, elles ont pour but de faire prendre conscience de l’importance de la liberté de l’information ou des exactions auxquelles sont soumis nombre de journalistes

MOBILISER LES ACTEURS INSTITUTIONNELS

- Préconisations auprès des Etats

Reporters sans frontières contribue concrètement à l’adoption de textes plus respectueux des libertés fondamentales. Les préconisations rédigées par son comité juridique sont portées auprès des Etats. RSF a récemment travaillé sur plusieurs projets de loi avec des gouvernements en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. L’organisation se mobilise pour que les constitutions tiennent compte des « standards internationaux »

- Une influence auprès des Nations unies

Reporters sans frontières a joué un rôle crucial en 2006 dans l’adoption à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 1738 sur la protection des journalistes dans les conflits armés. Certaines préconisations de l’organisation ont été reprises dans une résolution de l’Assemblée générale en novembre 2013. RSF lutte désormais pour la mise en place de dispositifs d’application du droit international. Fin 2013, le Secrétaire général de RSF prenait la parole devant le Conseil de sécurité à New York. RSF intervient au Conseil des droits de l’homme de Genève dans le cadre de la procédure dite des « examens périodiques universels » et soumet des contributions sur la protection des journalistes, la création d’un statut des « lanceurs d’alerte », etc

PROTEGER LES JOURNALISTES SUR LE TERRAIN

- Assistance matérielle sur le terrain

Reporters sans frontières soutient les « acteurs de l’information » avec des programmes de soutien matériel pour les structures et pour les individus. Chaque année, l’organisation distribue des centaines de bourses d’assistance après avoir enquêté sur les dossiers, ici pour subvenir aux besoins urgents d’un journaliste obligé de fuir son pays, là pour remplacer du matériel détruit dans une rédaction par des prédateurs de la liberté de l’information. En 2013, RSF a ainsi alloué 157 bourses d’assistance pour un montant de 160000 €

  • Soutien juridique des acteurs

Reporters sans frontières apporte une assistance légale aux journalistes en difficulté, notamment pour soutenir les démarches de celles et ceux qui, obligés de fuir leur pays, demandent l’asile politique en Europe. Investie de la confiance des autorités, l’organisation parvient à pousser les dossiers. Elle suit les procédures et procès les plus importants, notamment en se constituant partie civile, ou en engageant différentes actions auprès des autorités internationales, notamment auprès de l’UNHCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés.

- Dispositifs de sécurité physique

Réputée auprès des grands reporters, Reporters sans frontières prête gratuitement des casques et gilets pare-balles, propose des stages de formation à la sécurité et met à disposition des journalistes du monde entier un guide pratique, publié en partenariat avec l’Unesco, en plusieurs langues. Destiné aux journalistes qui se rendent dans des zones dangereuses, ce manuel rappelle les normes juridiques internationales protégeant la liberté de la presse et dispense des conseils pratiques pour éviter les pièges du « terrain ».

- Une hotline gratuite pour les journalistes en difficulté ——

American Express s’associe à Reporters sans frontières pour apporter aux journalistes qui en ont besoin une assistance téléphonique d’urgence, disponible 7j/7, 24h/24.

- Des assurances pour les journalistes indépendants

RSF propose des assurances spécifiques pour les reporters qui partent sur les terrains dangereux. L’organisation a signé une convention avec la compagnie April International Canada afin d’offrir à un tarif préférentiel une solution d’assurance aux reporters, photographes, membres d’équipe technique. Depuis 12 ans que Reporters sans frontières propose ce programme, plusieurs centaines de journalistes ont bénéficié d’une couverture médicale complète notamment pour se rendre en zone de guerre ou dans des pays à risques, tels que : l’Afghanistan, l’Irak, le Liban, l’Ukraine ou bien encore la Syrie

  • Des activités pour garantir le maintien de la chaine de l’information

Reporters sans frontières soutient matériellement et financièrement des médias indépendants qui exercent dans un environnement sensible ou instable. En situation de crise, telle que des périodes de conflits, de troubles politiques ou des catastrophes humanitaires, l’organisation œuvre au maintien de la chaîne de l’information. Dans ce cadre, l’organisation a créé un centre d’appui aux médias en Haïti après le séisme de janvier 2010.

DEVELOPPER DES PROGRAMMES ORIGINAUX

- les programmes pour un internet libre

la création du bureau« nouveaux médias » des 2001

Les net-citoyens occupent une place essentielle dans le monde de l’information, aux avant-postes de la couverture de l’actualité. Pourtant, ils sont de plus en plus victimes de menaces et de la censure des gouvernements, qui se sentent mis en danger par ce nouvel espace de liberté que représente le Net. Devant ces nouveaux enjeux, RSF a réagi en créant, dès 2001, un bureau « nouveaux médias », positionnant l’association parmi les premières ONG généralistes à s’intéresser de près à un nouveau domaine d’action : la protection des net-citoyens et la défense de la liberté d’expression en ligne.

Ateliers de sécurité numérique

Reporters sans frontières organise gratuitement auprès des rédactions et écoles de journalisme des ateliers d’initiation à la sécurité numérique proposant des outils concrets. Ces formations se sont déroulées en Thaïlande pour des journalistes et bloggeurs birmans et vietnamiens (2011), puis en Egypte et en Tunisie (2012). En 2013, elles ont eu lieu en Turquie pour des Syriens, en Afghanistan, au Tadjikistan, au Sénégal, aux Etats Unis (National Press Club de Washington, Columbia University…) et en France (TF1, Radio France, Press Club, etc).

WeFightCensorship : Promotion des libertés digitales

Le site de publication de contenus censurés ou interdits Wefightcensorship.org, lancé par Reporters sans frontières, a pour vocation, en faisant usage de « l’effet Streisand », de retirer aux censeurs l’intérêt objectif de censurer. Des projets soutenus par l’Union européenne et la coopération suédoise permettent à RSF de proposer des solutions techniques pour protéger son anonymat en ligne et pour mettre en place un Internet d’urgence lorsque les tuyaux de l’information sont coupés dans les pays « Ennemis d’Internet ».

Lutte contre la censure en ligne

RSF a installé dans ses bureaux le premier « abri anti-censure » : un espace destiné aux journalistes, blogueurs et dissidents réfugiés ou de passage à Paris pour apprendre à contourner la censure, protéger leurs communications et conserver leur anonymat en ligne. L’abri met à la disposition des journalistes des outils de contournement et d’anonymisation.

Le Rapport Ennemis d’internet

Chaque année, le 12 mars, Reporters sans frontières publie son rapport ’ennemis d’Internet’, consacré aux États ou aux institutions qui se livrent à la surveillance des internautes, des contenus ou des communications, ainsi qu’à la censure en ligne. En 2013, RSF avait mis au pilori, outre quelques gouvernements déjà repérés, des sociétés occidentales qui fournissent du matériel de fouille, et de traçage, déchiffrement des messages et autres logiciels espions aux dictateurs. En 2014, 32 institutions, dont certaines de pays démocratiques étaient dénoncées.

Le projet Libnet

En coopération avec l’Agence de coopération suédoise (Sida), le projet Libnet vise à garantir le droit d’obtenir et de disséminer de l’information indépendante et à protéger les acteurs de l’information opérant en ligne. La censure et la surveillance en ligne ont largement progressé ces dernières années, rendant les journalistes et net-citoyens plus vulnérables que jamais face aux gouvernements qui veulent contrôler l’information et démanteler les réseaux de dissidents. Dans les pays qui se sont montrés les plus répressifs envers la libre circulation de l’information en ligne, le degré de violence contre les journalistes et les citoyens journalistes n’a jamais été aussi élevé. Prévu pour trois années (2014-2016), le projet se concentre sur une vingtaine de pays, parmi lesquels la Turquie et l’Ukraine.

- les programmes de soutien aux acteurs de l’information

Soutien à la couverture des élections

Reporters sans frontières procède au suivi de la couverture des campagnes électorales avant des scrutins, comme ce fut récemment le cas avant les élections présidentielles à Madagascar et en Côte d’Ivoire. RSF diffuse dans une trentaine de pays un Guide pratique du journaliste en période électorale. Publié en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en format papier ou électronique téléchargeable, ce guide existe en version française, anglaise, arabe, persane et pachtoune.

Création de médias originaux

Reporters sans frontières soutient la création de médias dans des pays qui en sont privés. L’organisation a créé Radio Erena, unique radio indépendante émettant à destination de l’Erythrée, dernier pays au Classement mondial de la liberté de la presse. Le signal satellitaire de la station ayant été brouillé en août 2012, RSF a mis en place de nouveaux moyens de diffusion (satellite et ondes courtes) qui permettent à la radio de contourner la censure. RSF a également contribué à la création de Radio Rozana en Syrie et soutenu une radio à destination de la Corée du Nord.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

Vidéos


Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums