Reporters sans frontières

 La police rend la caméra et les films d'une documentariste saisis une semaine plus tôt

La police rend la caméra et les films d’une documentariste saisis une semaine plus tôt

Publié le vendredi 9 mars 2012. Mis à jour le jeudi 4 avril 2013.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Le 9 mars 2012, la documentariste Marie Maffre a fait l’objet d’une convocation pour “ouverture en présence des personnes des scellés et pour copie des rushs sur le matériel de la police”.

A l’issue de cette audition, où des experts de la police scientifique étaient présents, la documentariste s’est vu remettre sa caméra et ses films qui avaient été saisis par la police le 2 mars 2012 (voir communiqué précédent).

S’il s’agit d’une bonne nouvelle, qui va dans le sens de la loi, Reporters sans frontières note qu’il a fallu l’intervention de son avocat, Guillaume Prigent, pour que le secret des sources soit respecté.

Cet épisode illustre la tentation régulière des forces de police à utiliser le travail des journalistes, ou de toute personne faisant oeuvre d’information, en totale violation de la loi du 4 janvier 2010. Il illustre aussi les pressions qu’elles peuvent exercer dans ce sens.

En effet, les enquêteurs avaient annoncé à l’entrée de la réunion que les scellés posés sur le matériel de Marie Maffre seraient levés pour qu’il soit versé au dossier, et serve d’élément de preuve contre les militants du Jeudi Noir. Maître Prigent s’est alors opposé à cette démarche en invoquant le respect de la loi sur le secret des sources, après avoir donné les justificatifs du statut de journaliste de la documentariste, ce que la police a cherché à contester. La police a ensuite demandé instruction auprès du Procureur de la République qui a ordonné la remise des films et de la caméra à la documentariste.

Reporters sans frontières reste vigilant sur la suite qui sera apportée à cette affaire et rappelle aux autorités qu’elles ne peuvent exiger des journalistes de remettre leur matériel et leur travail.

Marie Maffre avait été interpellée le 2 mars avec quatre militants du Jeudi Noir qui avaient tenté d’occuper un bâtiment vide dans le 10ème arrondissement de Paris.


Une documentariste placée en garde à vue, sa caméra et ses films saisis par la justice

2 mars 2012

Reporters sans frontières proteste vivement contre l’arrestation et le placement en garde à vue de la documentariste Marie Maffre, le 2 mars 2012, alors qu’elle couvrait une action de l’association Jeudi Noir destinée à occuper un logement vide dans le 10ème arrondissement de Paris pour accueillir par la suite des familles de mal-logés. Sa caméra et ses films ont été placés sous scellés sur demande du procureur de la République.

"L’arrestation et le placement en garde à vue de la documentariste sont tout simplement illégaux. Une personne menant un travail d’information ne peut être confondue avec un manifestant ou un militant en action, rappelle Reporters sans frontières. Marie Maffre avait bien signalé qu’elle était présente sur les lieux dans le cadre de son travail. Elle était facilement identifiable comme documentariste. D’ailleurs, elle était en train de tourner au moment de l’interpellation de la police."

"Nous sommes également particulièrement inquiets que son matériel et ses films aient été saisis par la police et mis à disposition de la justice, au mépris total du respect du secret des sources, comme s’il s’agissait d’une pièce à conviction, a ajouté l’organisation. Cette saisie a eu lieu pendant la garde à vue, sans information de l’intéressée et de son avocat pourtant présent lors de l’entretien. Il est à craindre que ces images soient utilisées pour l’enquête. Nous réclamons la restitution immédiate du matériel de la documentariste ainsi que des rushs, fruit de son travail."

L’organisation rappelle que selon l’article 62-2 du code pénal, la garde à vue est une mesure de contrainte visant une personne contre "laquelle il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu’elle a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit puni d’une peine d’emprisonnement est maintenue à la disposition des enquêteurs".

Marie Maffre, documentariste qui réalise depuis deux ans un documentaire sur l’association Jeudi Noir produit par Kien Production, a été interpellée avec quatre militants de l’association, le 2 mars 2012 au soir, alors qu’ils tentaient d’occuper un bâtiment vide du 10ème arrondissement pour le mettre à disposition de familles de mal-logés. Bien qu’ayant signalé au responsable des relations presse de la préfecture qu’elle était présente sur les lieux dans la cadre de son travail, elle a subi une fouille corporelle et a été placée une nuit en garde à vue. Sa caméra et ses rushs ont été placés sous scellés et mis à disposition de la justice. Et ce alors que la caméra est un équipement de location.

Reporters sans frontières rappelle dans son rapport France publié fin février 2012, que "le régime des perquisitions est insuffisamment protecteur. Bien qu’il ait été étendu au domicile et véhicule professionnel du journaliste, il devrait concerner le véhicule personnel et rappeler un domaine naturel d’application du secret à tous les outils de travail du journaliste (agenda, téléphone, smartphone, notes, etc.). Leur usage étant trop souvent abusif, les réquisitions judiciaires doivent être interdites, sauf à présenter les mêmes garanties que les perquisitions."

Reporters sans frontières appellent tous les citoyens à signer le Pacte pour la liberté de la presse.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums