Reporters sans frontières

Lettre ouverte au ministre des Affaires étrangères allemand, M. Westerwelle

Lettre ouverte au ministre des Affaires étrangères allemand, M. Westerwelle

Publié le mercredi 16 novembre 2011. Mis à jour le jeudi 17 novembre 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

A l’occasion du déplacement au Turkménistan du ministre des Affaires étrangères allemand Guido Westerwelle, les 17 et 18 novembre 2011, Reporters sans frontières et la Turkmenistan Helsinki Foundation For Human Rights lui ont écrit au sujet de l’état de la liberté d’expression dans cette dictature d’Asie centrale.

Paris, Berlin, Varna, le 16 novembre 2011

Monsieur le ministre des Affaires étrangères,

A l’occasion de votre déplacement au Turkménistan, Reporters sans frontières et la Turkmenistan Helsinki Foundation for Human Rights souhaitent attirer votre attention sur la situation de la liberté de l’information et des militants des droits de l’homme dans ce pays.

Depuis plusieurs années, le Turkménistan pointe tout en bas du classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF. Les espoirs de démocratisation du régime émis à la mort de l’ancien président Saparmourat Niazov ont fait long feu. Son successeur Gourbangouly Berdymoukhammedov a lancé son propre culte de la personnalité, le paysage médiatique national est toujours entièrement contrôlé par l’Etat, l’usage de la torture et le confinement des dissidents dans les hôpitaux psychiatriques sont aussi répandus. Ainsi, à l’âge de 80 ans, Amangelen Chapoudakov a été interné pendant 40 jours en mars 2011, pour avoir fourni des informations à Radio Free Europe / Radio Liberty.

Le flux d’information indépendante est extrêmement limité, se résumant à des ressources basées à l’étranger. Les journalistes indépendants et blogueurs sont contraints de travailler dans la clandestinité. Pour avoir brisé le silence officiel autour de l’explosion meurtrière d’un dépôt d’armes à Abadan (banlieue d’Achkhabat), plusieurs internautes ont été convoqués par les services de sécurité. Selon plusieurs médias, certains seraient encore détenus.

A notre connaissance, au moins deux journalistes sont actuellement emprisonnés du fait de leurs activités professionnelles : Annakourban Amanklytchev et Sapardourdy Khadjiev. Pour avoir participé à la réalisation d’un documentaire de l’émission « Envoyé spécial » par la chaîne publique française, France 2 en 2006, et avoir renseigné la Tukmenistan Helsinki Foundation sur la situation des droits de l’homme dans leur pays, ils ont été condamnés respectivement à 6 et 7 ans de prison. Selon nos dernières informations, ils étaient détenus dans des conditions terribles à la prison de haute sécurité de Turkmenbashi, dans l’ouest du pays. Une troisième journaliste, Ogoulsapar Mouradova, condamnée avec eux, est décédée en détention à la suite d’actes de torture en 2006.

Très récemment encore, un journaliste a fait les frais de cette justice partiale et imprévisible. Correspondant du service turkmène de Radio Free Europe/ Radio Liberty, Dovletmyrat Yazguliev a été condamné à 5 ans de prison après un procès sommaire et à huis-clos qui s’est tenu le 5 octobre 2011. Son amnistie, trois semaines plus tard, suggère cependant que la pression internationale peut quelquefois avoir des résultats.

Monsieur le ministre, nous vous demandons de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour obtenir la libération d’Annakourban Amanklytchev et Sapardourdy Khadjiev. La voix de l’Allemagne est écoutée dans la région, à la fois par les autorités et la population. En tant que représentant d’une puissance européenne de premier plan, il est de votre responsabilité d’encourager ce partenaire stratégique à se désenclaver et à progresser vers la démocratie. En montrant que vous n’éludez pas les sujets sensibles, nous sommes mêmes convaincus qu’une telle position renforce votre crédibilité aux yeux de vos interlocuteurs en vue de vos futures négociations.

Confiant dans l’intérêt que vous porterez à notre requête, nous vous prions d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de notre haute considération.

Jean-François Julliard, Secrétaire général de Reporters sans frontières

Tadjigul Begmedova, Turkmenistan Heksinki Foundation

Michael Rediske, Reporter Ohne Grenzen, section allemande de Reporters sans frontières

Télécharger la lettre (en anglais) :

PDF - 164.4 ko
Letter to German foreign minister Guido Westerwelle

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums