Reporters sans frontières

Deux journalistes finalement autorisés à voyager

Publié le mardi 13 juillet 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Selon le site d’information turkmène Khronika Turkmenistana, les journalistes Annamamed Myatyiev et Elena Myatiyeva ont été autorisés, lors d’une deuxième tentative, à quitter le Turkménistan le 10 juillet 2010 pour se rendre à Amsterdam, aux Pays-Bas, où Annamamed Myatiyev doit subir une importante opération ophtalmologique.

Les deux journalistes s’étaient vu signifier, sans raison claire apportée par les autorités, une interdiction de sortie du territoire à l’aéroport d’ Achkhabad (capitale) le 28 juin dernier.


Vendredi 9 juillet 2010

Un journaliste et sa femme en route pour une opération chirurgicale aux Pays-Bas empêchés de quitter le pays

Reporters sans frontières appelle les autorités turkmènes à laisser les journalistes turkmènes Annamamed Myatiyev et son épouse Elena Myatiyeva se rendre aux Pays-Bas où le journaliste doit être opéré d’une maladie rétinienne, le 12 juillet. La liberté d’aller et venir est un droit fondamental de chaque être humain. Lorsque la raison de ce déplacement s’avère de plus médicale, la volonté des autorités de s’y opposer, apparaît comme un acte de cruauté inutile et incompréhensible. Quel que soit l’administration ou le service à l’origine de cet ordre, elle outrepasse ses droits.

Le 28 juin 2010, les journalistes turkmènes Annamamed Myatiyev et son épouse Elena Myatiyeva sont empêchés de quitter le Turkménistan, à l’aéroport d’Achkhabad où on leur a signifié leur interdiction de sortie du territoire. Ils subissent alors une fouille méticuleuse, les autorités étant à la recherche d’informations « diffamant le Turkménistan ».

Le lendemain, ils se rendent au ministère de l’Intérieur pour obtenir des éclaircissements sur les raisons à l’origine de l’interdiction qui les frappe. Mais les autorités nient. De retour à Dashogouz (Nord), où ils résident, ils découvrent alors que leur ligne téléphonique a été coupée et que la connexion Internet est de très mauvaise qualité et limitée.

Annamamed Myatiyev et son épouse Elena Myatiyeva ont travaillé plusieurs années pour le quotidien officiel Neutralniy Turkmenistan, avant d’en être licenciés. En 2002, c’est d‘abord Elena Myatiyeva qui a été licenciée du titre pour avoir participé à un séminaire de formation de journalistes en Suède. Annamamed Myatiyev a, lui, été licencié en juillet 2009, officiellement en raison de la maladie rétinienne dont il souffre depuis le printemps de cette même année. Annamamed Myatiyev a subi une première intervention aux Pays-Bas et doit maintenant être opéré rapidement, pour éviter que le décollement de la rétine ne se solde par une cécité.

Le Turkménistan est 173e sur 175 pays, dans le classement mondial 2009 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières.

Aucune presse libre n’y est tolérée et les professionnels des médias sont victimes d’une répression féroce. Deux journalistes et défenseurs des droits de l’homme turkmènes, Annakourban Amanklytchev et Sapardourdy Khadjiyev purgent actuellement une peine de 8 ans de prison pour avoir aidé à la réalisation d‘un reportage pour l’émission « Envoyé spécial ». Ogoulsapar Mouradova, une troisième journaliste et défenseur des droits de l’homme, qui avait également contribué à ce reportage, est morte sous les coups en prison le 12 septembre 2006.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums