Reporters sans frontières

45510

Accueil - Asie - Thaïlande

RSF condamne l'agression d'un journaliste et le ciblage abusif de la presse

RSF condamne l’agression d’un journaliste et le ciblage abusif de la presse

Publié le mercredi 27 novembre 2013. Mis à jour le mardi 26 novembre 2013.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Alors que des voix s’élèvent pour protester contre l’absence de couverture ou le traitement biaisé par les chaînes d’État, particulièrement Channel 3, 5, 7, 9 et 11, des manifestations anti-gouvernementales qui secouent le pays depuis le début du mois, Reporters sans frontières condamne le ciblage des acteurs de l’information par les manifestants, dans les rues de la capitale.

“Une couverture impartiale des rassemblements pro et anti-gouvernementaux par la télévision d’État est un enjeu de taille. Les frustrations des manifestants vis-à-vis du pouvoir ne sauraient en aucun cas justifier une telle focalisation sur la couverture médiatique ni l’agression dont a été victime un journaliste freelance allemand. Il est inacceptable que des journalistes soient physiquement pris à parti pour leur couverture supposée “pro-gouvernementale”. Ce type d’attaque à l’encontre d’un journaliste, clairement identifié par son brassard, remet sérieusement en cause la légitimité du mouvement”, a déclaré Reporters sans frontières.

L’Association des journalistes de l’audio-visuel thaïlandais et l’Association des journalistes thaïlandais ont toutes deux publié un communiqué de presse rappelant à la presse nationale l’importance d’une couverture impartiale des événements. Elles ont toutefois réfuté les accusations de couverture biaisée des événements portées contre les médias et ont appelé au maintien du caractère pacifique des protestations. Les associations demandent notamment aux organisateurs de ne pas diriger leur marche vers les locaux des chaînes télévisées.

Le 24 novembre 2013, les manifestations à Bangkok ont dégénéré lorsque des véhicules appartenant à Channel 3 et Channel 7 ont été encerclés par les manifestants.

Le 25 novembre, un journaliste freelance allemand, Nick Nostitz, a été pris à parti par la foule après avoir été désigné comme un soutien du gouvernement, une “chemise rouge”, par l’un des leaders politiques de la contestation, Jumpol Chumsai, incitant la foule à le “chasser” du rassemblement. Le journaliste a été légèrement blessé mais est parvenu à s’échapper avec l’aide de la police.

L’agression a été immédiatement condamnée par le Club des correspondants étrangers de Thailande qui a appelé les leaders de la manifestation à reconnaître publiquement que les droits de tous les journalistes nationaux ou étrangers devaient être respectés.

La Thaïlande se situe à la 135ème position sur 179 selon le classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2013.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums