Reporters sans frontières

18894

Accueil - Asie - Taiwan

En réponse à Reporters sans frontières, le gouvernement rappelle le droit à la sécurité pour les journalistes

Publié le lundi 25 septembre 2006.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Reporters sans frontières prend acte de la position du gouvernement taiwanais qui, dans une lettre en date du 22 septembre adressée à Reporters sans frontières, “a exprimé ses regrets face aux obstacles provoqués par des manifestants à l’encontre de journalistes dans l’exercice de leur métier, le 16 septembre”.

Le gouvernement de Taipei a rappelé en outre que les médias à Taiwan “se doivent de rapporter des avis différents en toute impartialité” et ont le droit de couvrir l’actualité en toute sécurité.


18.09.2006 - Violences contre des journalistes en marge d’une manifestation de soutien au Président Chen

Quatre journalistes ont été malmenés durant une manifestation de soutien au président Chen Shui-bian, le 16 septembre 2006. La veille, 360 000 manifestants avaient réclamé la destitution de l’actuel chef de l’Etat après une série de scandales financiers impliquant notamment son épouse.

Reporters sans frontières déplore ces débordements et rappelle la nécessaire liberté des journalistes à rendre compte des événements politiques en cours. « Nous appelons les partisans du Président et de l’opposition à appeler leurs militants au calme et à prendre des mesures pour éviter des débordements dont les journalistes seraient victimes », a indiqué l’organisation.

Le 16 septembre, une manifestation a réuni environ 25 000 supporters du Président. Durant celle-ci, un groupe de manifestants s’en est pris au présentateur Huan Peng-Ren de la chaîne satellitaire CTi, en lui jetant des bouteilles d’eau et des parapluies après qu’il avait interviewé deux députés du Democratic Progressive Party (DDP, au pouvoir). Le présentateur a ensuite été frappé. Selon les manifestants, les élus du DDP n’avaient pas à se confier à une chaîne de télévision jugée proche du parti d’opposition Kuomintang. Après avoir détruit le matériel d’éclairage et divers équipements, la foule s’en est prise à Chang Chong-Bin et Gao Wen-Yin de la chaîne privée ETTV qui étaient venus interviewer leur collègue brutalisé. Le journaliste Lee Ze-Ming de la chaîne Formosa TV (FTV), pourtant favorable au président actuel, a aussi été maltraité par la foule parce qu’il portait une veste rouge, couleur de ralliement des supporters de la destitution de Chen Shui-bian.

L’Union des journalistes de Taipei (TJU) a condamné ces attaques et demandé aux organisateurs des manifestations de garantir la sécurité des journalistes.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums