Reporters sans frontières

Censure massive d'Internet : le Tadjikistan bientôt placé « sous surveillance » ?

Censure massive d’Internet : le Tadjikistan bientôt placé « sous surveillance » ?

Publié le jeudi 2 août 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Tout juste rétabli après avoir été bloqué le 23 juillet 2012 (voir ci-dessous), le site d’information indépendante de référence Asia Plus est à nouveau inaccessible au Tadjikistan depuis le 1er août 2012. C’est la troisième fois en deux mois que le portail est censuré. Les fournisseurs d’accès à Internet du pays obéissent à un ordre du service des Télécommunications, qui invoque des « raisons techniques ».

Le site de l’agence d’information russe RIA-Novosti a également été bloqué, rejoignant ainsi Youtube, les sites d’information russes Lenta.ru, Vesti.ru, les portails spécialisés sur l’Asie centrale Fergananews.com et Centrasia.ru, ainsi que le forum local Pamir-vesti.ru, filtrés ces derniers jours. L’accès au site de la BBC, lui aussi bloqué le 30 juillet, avait été rétabli le lendemain.

« Il s’en était fallu de peu pour que le Tadjikistan ne rejoigne les pays placés ‘sous surveillance’ dans notre dernier rapport sur les ‘Ennemis d’Internet’, en mars 2012. Mais force est de constater que Douchanbé fait tout pour y figurer l’an prochain, malgré l’impact négatif que cela entraînerait pour l’image du pays. Les autorités recourent désormais à la cybercensure de façon systématique. Le Tadjikistan emboîte ainsi le pas au Kazakhstan dans sa dérive de censure du Net, pour se rapprocher progressivement des pires pratiques mises en place en Ouzbékistan et au Turkménistan voisins », a déclaré Reporters sans frontières.

Dans un communiqué, Asia Plus a fait part de son exaspération face aux coupures à répétition dont le site était victime, soulignant que celles-ci occasionnaient des pertes financières et portaient atteinte à sa réputation. La direction a annoncé qu’elle ne chercherait plus à mener de négociations avec le directeur du service des Télécommunications, Beg Zukhurov, dans la mesure où les accords conclus dans le passé n’étaient pas respectés.

Ce black-out de l’Internet tadjik intervient à un moment où les autorités se sentent en difficulté. Il fait suite à de violents affrontements à Khorog, dans la région autonome du Gorno-Badakhchan (Sud-Est), frontalière de l’Afghanistan. Il est toujours extrêmement difficile de connaître avec précision la situation sur place. Elle serait plus calme ces derniers jours à Khorog, d’où l’armée a commencé à se retirer. Des estimations contradictoires circulent sur le nombre exact des dizaines de victimes des affrontements.


25.07.2012 - L’un des plus importants sites d’information de nouveau bloqué

Reporters sans frontières dénonce le blocage du site d’information news.tj, portail de l’un des plus importants médias indépendants, Asia Plus, par l’ensemble des fournisseurs d’accès à Internet, sur ordre du gouvernement, le 23 juillet 2012.

« Cet acte de censure s’inscrit malheureusement dans la continuité de la vague de blocages de sites web que nous avons déplorée en mars dernier. Le blocage arbitraire des sites internet par le ministère des télécommunications est inacceptable. Nous demandons au gouvernement de cesser de faire pression sur les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) et de rétablir l’accès à tous les sites d’information victimes de cette censure de masse, dans les plus brefs délais », a déclaré Reporters sans frontières.

Le site d’information d’Asia Plus a été bloqué dans la soirée du 23 juillet La rédaction a été averti de l’ordre de blocage par son fournisseur d’accès à Internet. Celui-ci a répondu à une demande émanant du directeur des télécommunications, Beg Zukhurov, qui a donné l’ordre, via SMS, de supprimer l’accès au site.

La rédaction affirme n’avoir jamais reçu de déclaration du gouvernement établissant les motifs officiels du blocage. Par ailleurs, ses multiples initiatives pour contacter directement le ministre sont restées vaines.

Le blocage survient quelques jours après la publication sur le site de plusieurs articles traitant du conflit opposant soldats et rebelles dans la région du Gorno-Badakhchan (sud-est du pays), durant lequel le général des services spéciaux, Abdulla Nazarov, a été poignardé.

C’est la deuxième fois que le site fait l’objet d’un blocage par le gouvernement, au cours des deux derniers mois. La fois précédente, il avait été bloqué pendant une semaine, en raison d’un commentaire laissé par un internaute. En mars dernier, les sites zvezda.ru, tkjnews.com, maxala.orget centrasia.ru avaient été également privés de leur accès à la toile.

A l’approche des élections présidentielles, qui se tiendront l’année prochaine, le gouvernement opère à un durcissement de la surveillance du net.

La semaine dernière, le ministre des Communications a déclaré aux journalistes que serait créé, dans un futur proche, un groupe d’experts en informatique chargé de surveiller les contenus indésirables. Une fois enregistrée auprès du ministère de la Justice, cette « organisation citoyenne » aura pour mission de filtrer tout commentaire qui se montrerait « insultant » ou « diffamatoire » à l’égard des figures du pouvoir. Le gouvernement espère ainsi contourner l’utilisation, par les internautes, de serveurs proxy, qui leur permettent de contourner la censure et d’accéder au contenu des sites bloqués.

Le Tadjikistan figure à la 123e place sur 179 pays du classement de la liberté de la presse 2011-2012 établi par Reporters sans frontières.

(Photo : Asia Plus)

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums