Reporters sans frontières

Un journaliste syrien tué à Alep

Un journaliste syrien tué à Alep

Publié le lundi 7 janvier 2013. Mis à jour le mercredi 9 janvier 2013.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Lire en arabe (بالعربية)

Le sinistre bilan du nombre de professionnels des médias qui ont trouvé la mort en Syrie dans le cadre de leurs activités s’est à nouveau alourdi.

La chaîne de télévision syrienne pro-gouvernementale Al-Dounia a annoncé la mort du journaliste Suhail Mahmoud Al-Ali, le 4 janvier 2013, alors qu’il couvrait de violents affrontements dans la ville d’Alep. Les médias officiels syriens tiennent pour responsables de sa mort les rebelles de l’opposition, qu’ils continuent de qualifier de “terroristes”. Décédé des suites de ses blessures par balles, il est le dix-neuvième journaliste à trouver la mort depuis le début de la révolution syrienne en mars 2011. Au moins quarante-cinq citoyens-journalistes ont également perdu la vie.


26-12-2012 Un journaliste de la télévision d’Etat assassiné à Damas

Lire en arabe (بالعربية)

La télévision officielle syrienne a annoncé, le 22 décembre 2012, le meurtre du caméraman Haydar Al-Soumoudi, abattu à Damas près de son domicile la veille au soir. Le média accuse les “rebelles” d’être à l’origine de ce meurtre.

“Les actes de violence perpétrés contre les émetteurs de l’information tendent à se banaliser, visant à la fois les journalistes professionnels et les citoyens-journalistes, qu’ils soient pro-gouvernementaux ou proches de l’opposition. Reporters sans frontières condamne fermement ce nouveau meurtre, qui vient alourdir le tribut payé par les professionnels de l’information à la couverture du conflit syrien. L’organisation, qui n’est pas en mesure à ce jour de statuer sur ses auteurs ou responsables, appelle les différentes parties impliquées dans le conflit à respecter le travail et l’intégrité des journalistes”.

Selon l’agence officielle Sana, le journaliste aurait été attaqué par un groupe d’individus armés qui l’attendaient devant son domicile et ont ouvert le feu. Il a été atteint par plusieurs balles. Haydar Al-Soumoudi résidait dans la région ouest de Damas dans le quartier de Kafar Sousse. Né en 1967 à Damas, il avait travaillé pour le quotidien officiel Al-Thaoura avant de rejoindre la télévision officielle en 1998.

Avec ce nouvel assassinat, le nombre de journalistes professionnels tués en Syrie dans le cadre de leur travail s’élève désormais à 18 pour l’année 2012. La Syrie a été qualifiée de “cimetière pour les acteurs de l’information” dans le bilan annuel chiffré 2012 récemment publié par Reporters sans frontières.

Par ailleurs, un citoyen-journaliste, connu sous le nom de Sami Waeel, a été grièvement blessé à la tête, après avoir reçu des éclats d’obus lors d’un bombardement de l’aviation de l’Armée régulière syrienne, le 24 décembre 2012. Le citoyen-journaliste, qui filmait les décombres du quartier “Boustane Al-Qassr” à Alep, victime de plusieurs bombardements, travaillait avec plusieurs médias locaux et associations de bénévolat et de secours dont l’association “Al-Sidq”.

Enfin, la Syrian Journalistic Association (SJA) a indiqué que Mohamed Qwaider a été tué par balles, le 6 décembre 2012, alors qu’il couvrait un violent accrochage entre l’Armée syrienne libre et l’Armée régulière dans la ville d’Arbeen (sud-ouest de Damas). Le citoyen-journaliste était l’un des premiers militants de l’information d’Arbeen et documentait la page des martyrs de la ville sur Facebook et Twitter. Le nombre de citoyens-journalistes tués en Syrie dans la collecte et la diffusion d’information s’élève désormais à 45 pour la seule année 2012.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums