Reporters sans frontières

40731

Accueil - Asie - Sri Lanka

Le président du Sri Lanka téléphone personnellement au Sunday Leader pour l'intimider

Le président du Sri Lanka téléphone personnellement au Sunday Leader pour l’intimider

Publié le mardi 2 août 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne fermement les menaces par téléphone proférées contre le directeur du journal The Sunday Leader, Lal Wickrematunge, le 19 juillet 2011, par le président sri lankais Mahinda Rajapakse. L’hebdomadaire avait publié un article faisant état de malversations par le Président et son fils Namal Rajapakse, membre du Parlement.

Nous sommes particulièrement choqués que le Président en personne prenne son téléphone pour menacer des journalistes. Il est inacceptable que The Sunday Leader, seul journal indépendant sri lankais en langue anglaise, subisse de telles pressions. Si le Président du Sri Lanka est en désaccord avec un article, il a la possibilité de répondre et de s’expliquer dans les médias. C’est le jeu normal du débat dans une démocratie.

Nous dénonçons un acte irresponsable. Le président d’un pays a toujours un rôle d’exemple. Et c’est le mauvais que Mahinda Rajapakse vient de donner. Cela en dit long sur le respect qu’il voue à l’indépendance des médias et son envie politique de mettre en place les conditions nécessaires à la liberté de la presse. Nous appelons le Président à rectifier la barre.

Ce n’est pas la première fois qu’un média est menacé par des membres de la famille Rajapakse. Nous demandons l’arrêt immédiat des semonces et des menaces faites à des professionnels de la presse. Nous appelons également le secteur des médias à faire bloc pour dénoncer de tels agissements, qui peuvent avoir un réel effet d’intimidation sur l’ensemble de la profession.

Le 19 juillet 2011, Lal Wickrematunge a reçu un appel du président Rajapakse : "Tu publies des mensonges ! Des mensonges scandaleux ! Tu peux m’attaquer au niveau politique, mais si tu m’attaques personnellement je saurai très bien t’attaquer personnellement aussi". Ces menaces ont été accompagnées d’une centaine de posters collés sur les murs des locaux du quotidien disant : "Ne mens pas !" et "Les dieux te puniront !" (voir photo)

Frederica Jansz, rédactrice en chef du Sunday Leader, avait publié, le 17 juillet 2011, un article relatant que le gouvernement chinois avait donné 9 millions de dollars au président Rajapakse, à sa discrétion. Plusieurs tentatives de la part du journal pour contacter le Président et obtenir des détails sur cette affaire avaient échoué.

The Sunday Leader est de longue date dans la ligne de mire du pouvoir. Concernant l’assassinat de Lasantha Wickrematunge, ancien directeur du journal assassiné le 8 janvier 2009, aucune enquête exhaustive n’a été menée ; aucun coupable n’a été trouvé, marque de la mauvaise volonté des autorités. Nous leur demandons encore une fois de faire la lumière sur cette affaire.

La direction du journal est depuis assurée par le frère de Lasantha Wickrematunge, à son tour victime d’intimidations.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums