Reporters sans frontières

40837

Accueil - Afrique - Soudan

Un journaliste libéré sous caution, un quotidien empêché de paraître pendant trois jours sur fond de possible retour de la censure préalable

Un journaliste libéré sous caution, un quotidien empêché de paraître pendant trois jours sur fond de possible retour de la censure préalable

Publié le mercredi 24 août 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières est soulagée d’apprendre la libération sous caution, le 22 août 2011, du journaliste Abuzar Ali Al-Amin, incarcéré et torturé en mai 2010, mais déplore néanmoins le maintien des poursuites qui pèsent contre lui. Le rédacteur en chef adjoint du quotidien suspendu Rai Al-Shaab est poursuivi pour ses écrits et accusé d’avoir agressé un agent de sécurité lors de sa détention. Il encourt encore la peine de mort.

La bonne nouvelle de cette libération, réclamée depuis des mois par Reporters sans frontières, est entachée par la confiscation de la totalité des exemplaires du quotidien arabophone Al-Jarida, entre le 20 et le 22 août 2011, le harcèlement juridique de ses employés, et le projet du Parti du congrès populaire (NCP – au pouvoir) de réinstaurer la censure préalable.

"Nous sommes soulagés de savoir Abuzar Ali Al-Amin enfin sorti de prison mais nous demandons l’abandon total des charges qui pèsent contre lui. Par ailleurs, le harcèlement de journalistes et les confiscations d’exemplaires de journaux – technique de prédilection des forces de sécurité pour empêcher la parution d’articles dérangeants et resserrer l’étau financier sur les médias – doivent cesser. La possible officialisation du retour de la censure préalable laisse présager du pire", a déclaré Reporters sans frontières.

Le quotidien arabophone Al-Jarida a été empêché de paraître pendant trois jours, entre les 20 et 22 août 2011, après que les forces de sécurité ont confisqué l’intégralité des exemplaires du journal, à peine imprimés, sans donner d’explication. La semaine dernière, le rédacteur en chef, Saadeldin Ibrahim, condamné à deux reprises à une amende le mois dernier, et le directeur général Hashim Hussain, ont été convoqués et interrogés par les forces de sécurité. Ces dernières ont menacé de fermer le journal s’il ne changeait pas sa ligne éditoriale. La rédaction d’Al-Jarida est accusée d’entretenir une proximité avec le journal Ajras Al-Hurriya, suspendu le 8 juillet dernier, et d’employer ses anciens journalistes.

Par ailleurs, Reporters sans frontières condamne l’intention du Parti national du congrès, annoncée par la secrétaire d’Etat à l’Information, Mme Sanaa Hamad al-Awad, de réinstaurer la censure préalable. Souvent levée puis rétablie, elle permettrait aux forces de sécurité d’opérer un contrôle strict de l’information, en amont des publications, dictant ainsi la ligne éditoriale des médias.

Photo : Ashraz Shazly / AFP

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums