Reporters sans frontières

41684

Accueil - Afrique - Somalie

25 journalistes arrêtés, 4 encore détenus, une chaîne de télévision suspendue : "semaine noire" pour les médias au Somaliland

25 journalistes arrêtés, 4 encore détenus, une chaîne de télévision suspendue : "semaine noire" pour les médias au Somaliland

Publié le lundi 16 janvier 2012. Mis à jour le vendredi 4 mai 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières exprime sa très vive inquiétude suite aux événements qui ont touché les médias de l’Etat autoproclamé du Somaliland la semaine dernière et qui se sont soldés par l’arrestation de vingt-cinq journalistes ainsi que par la suspension d’une chaîne de télévision. L’organisation dénonce une campagne d’intimidation et appelle à la libération des quatre reporters toujours maintenus illégalement en détention.

"Cette vague d’arrestations de journalistes est sans précédent au Somaliland", a déclaré Reporters sans frontières. "Nous sommes préoccupés par ce regain de répression et par les propos du Président qui n’hésite pas à qualifier un média de ’destructeur de la nation’. Ces actes sont de nature à intimider davantage une profession qui exerce déjà, dans cette région de la Somalie, dans des conditions difficiles. Nous demandons que les quatre journalistes en détention soient libérés et que la chaîne de télévision HornCable TV soit rouverte sans délai", a ajouté l’organisation.

Le 15 janvier 2012, les employés de HornCable TV ont organisé une manifestation devant le palais présidentiel pour protester contre la suspension de leur chaîne de télévision. Cette opération s’est soldée par des passages à tabac de journalistes perpétrés par des membres de l’Unité spéciale de protection du Somaliland, ainsi que par l’arrestation de huit d’entre eux, tous salariés de la chaîne : Nimco Sabriye, Hamsa Ali Bulbul, Mohamed Gurashe, Abdirahman Sheik Yunes, Ayan Diriye, Nimo’ Diriye, Hodan Ali Ajabi, Safiya Nuh Sheikh. Suite à ces premières arrestations, treize autres reporters de différents médias venus soutenir leurs collègues ont également été arrêtés. Le propriétaire de HornCable TV a, quant à lui, été convoqué le même jour à la Présidence pour y être interrogé. Les journalistes, parmi lesquels on compte six femmes, ont tous été placés en détention au commissariat central d’Hargeisa, avant d’être libérés, le 16 janvier, sur ordre du ministre de l’Intérieur, Mohamed Nour Arale.

Le 14 janvier, près de cent policiers arrivés à bord de sept véhicules blindés avaient envahi les locaux de HornCable TV à Hargeisa avant de les fermer et d’ordonner au personnel de quitter les lieux. L’émetteur avait également été coupé peu de temps après. L’officier en charge de la descente, Mohamed Du’alle, avait admis ne pas avoir de mandat mais avait dit agir sur ordre de ses supérieurs. Pendant cette opération, Mohamed Abdi Sheik, le directeur HornCable TV pour l’Afrique de l’Est, avait été brièvement arrêté.

Selon le Président du Somaliland, Ahmed Mohamed Siilaanyon, qui s’est exprimé devant le Parlement le même jour, la chaîne de télévision serait un "destructeur de la nation" qui diffuse de la propagande contre son gouvernement. Il serait notamment reproché à la chaîne sa couverture d’une conférence entre tribus qui a eu lieu dans le district de Taleh (Région de Sool), le 8 janvier, durant laquelle des représentants des différents clans auraient fait l’annonce de la création d’une administration autonome. Ces raisons ont été confirmées par le ministre de l’Intérieur, Mohamed Nour Arale, qui a précisé que la licence de la chaîne a été suspendue pour "propagande anti-Somaliland".

Les 21 journalistes interpellés plus de vingt-quatre heures viennent s’ajouter aux quatre autres reporters arrêtés plus tôt dans la semaine et toujours en détention.

Le 11 janvier 2012, Ali Ismail Aare, correspondant pour l’hebdomadaire Waheen, a été arrêté pour avoir pris des photos d’une station essence et d’un bâtiment appartenant au vice-Président du Somaliland, Abdirahman Abdilahi. Le même jour, Mohamed Omar Sheikh, reporter pour l’hebdomadaire Saxafi, a été arrêté pour avoir écrit des articles jugés susceptibles de créer des confrontations dans la région d’Awdal.

Le 9 janvier, Abdiqani Hassan Farah, reporter de Universal TV dans le district de Las Anod (région de Sool), a été arrêté par la police, avec deux de ses collègues de HornCable TV et Somaliland TV. Il est reproché au reporter, plus connu sous le nom de Gadari, d’avoir "exagéré les rapports d’un meeting qui créait de l’instabilité dans les régions de Sool, Sanag et Ceyn". Il s’agissait de la réunion des tribus de Taleh, organisée le 8 janvier. Alors que les deux autres journalistes qui l’accompagnaient ont été relâchés au bout de quelques heures, Abdqani Farah est toujours en détention. Son arrestation aurait été orchestrée par le gouverneur de la région de Sool, sur ordre du ministre de l’Information du Somaliland, Ahmed Abdi Habsade.

Le même jour, quatre journalistes ont été empêchés par la police du Somaliland d’assister à la pose d’un câble de fibre optique installé par SomCable Ltd, permettant de connecter le Somaliland via Djibouti. Celui-ci est au cœur de nombreuses controverses puisqu’il avait été autorisé par l’ancien gouvernement puis rejeté par le nouveau.

Le 8 janvier 2012 enfin, Yusuf Abdi Ali, reporter plus connu sous le nom de Indho Quruh et travaillant pour la chaîne Royal TV basée à Londres, a également été arrêté par la police dans le district de Borame de la ville d’Awdal. Il est accusé par une ONG locale, l’Africa Youth Development Association, d’avoir injustement rapporté des allégations de corruption dans un article où il fait état de problèmes de gestion dans des projets de développement locaux. Il est toujours détenu au commissariat de Borame sans mandat d’arrestation, sans accès à un avocat et sans charge formulée contre lui.

Voici la liste des 21 journalistes arrêtés le 15 janvier et libérés au bout de 24 heures :

1. Mohamud Abdi Jama, Rédacteur en chef, Waaheen Newspaper

2. Mohamed Omar Abdi, Rédacteur en chef, Jamhuuriya Newspaper

3. Ahmed Aden Dhere, Reporter, Haatuf Newspaper

4. Mohamed Said Harago, Directeur de l’information, Berberanews

5. Najah Adan Unaye, Directeur, Hadhwanaagnews

6. Suhur Barre, Reporter, HornCable TV

7. Abdiqani Abdullahi Ahmed, Reporter, Hadhwanaagnews

8. Mohamed Ahmed Muse, Reporter, HornCable TV

9. Mohamed Fayr, Reporter, Geeska Africa newspaper

10. Saleban Abdi Ali Kalshaale, Reporter, Waaheen newspaper

11. Khalid Hamdi Ahmed, Reporter, Waaheen newspaper

12. Nimo Omar Mohmed Sabriye, Présentateur, HornCable TV

13. Hamsa Ali Bulbul, Reporter, HornCable TV

14. Mohamed Ahmed Muse Kurase, Reporter, HornCable TV

15. Abdirahman Sheik Yunes, Présentateur, HornCable TV

16. Ayan Diriye, Reporter, HornCable TV

17. Nimo’ Diriye, Reporter, HornCable TV

18. Hodan Ali Ajabi, Reporter, HornCable TV

19. Safiya Nuh Sheikh, Présentateur, HornCable TV

20. Ahmed Abdirahman Hersi, Directeur de la rédaction, HornCable TV

21. Jama Omar Abdullahi, Reporter, Waaheen newspaper

Photo : Ahmed Mohamed Siilaanyon (Pete Chonka / AFP)

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums