Reporters sans frontières

En réaction au vote du Press Act, les sept principaux quotidiens paraissent avec une Une mortuaire

Publié le vendredi 11 avril 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Le 11 avril 2008, les quotidiens SME, Pravda, Hospodarske noviny, Novy Cas, Plus 1 Den et Uj Szo ont protesté contre l’adoptioin d’une nouvelle loi régissant le fonctionnement des médias. Les Une de chaque journal étaient blanches, accompagnées d’un éditorial « mortuaire » imprimé dans un cadre noir. Une opération similaire avait été réalisée le 7 mars 2008.

Dans un communiqué de presse du 10 avril 2008, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a également fait part de ses inquiétudes. « Le seul fait que la loi existe constitue déjà une menace sur la liberté éditoriale des médias. Les journaux vont être assaillis de droits de réponse de la part de formations politiques ou d’individus incapables d’accepter la critique », a déclaré Miklos Haraszti, représentant officiel de l’OSCE pour la liberté des médias.

10.04 - Le Parlement adopte la réforme très controversée du code des medias

Malgré la désapprobation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et la condamnation unanime de la profession, le Parlement slovaque a adopté le 9 avril 2008 le projet de loi très controversé (Press Act) sur la réforme du code de la presse.

La nouvelle loi prévoit toujours un contrôle direct du ministre de la Culture sur le traitement médiatique d’un ensemble de sujets jugés sensibles, et l’instauration d’un droit de réponse automatique pour toute personne qui s’estimerait, à tort ou à raison, diffamée ou insultée.

« Il est inadmissible qu’un état membre de l’Union européenne puisse inclure dans son droit national un texte aussi éloigné des standards démocratiques, tout particulièrement en matière de liberté de la presse. Une loi qui limiterait la liberté éditoriale des médias à un cadre officiel fixé arbitrairement par le pouvoir exécutif n’est tout simplement pas acceptable et doit être retirée », a déclaré Reporters sans frontières.

« Nous appelons les autorités européennes à exiger du gouvernement slovaque le retrait de ce texte et la réouverture d’un débat afin de trouver une solution conforme aux normes européennes », a poursuivi l’organisation.

Le gouvernement du Premier ministre Robert Fico disposait d’une majorité suffisante au Parlement pour faire voter le Press Act. Il a en revanche absolument besoin des voix de l’opposition pour ratifier le traité européen de Lisbonne. L’opposition promet depuis plusieurs semaines de bloquer la ratification si le parlement votait la réforme de la loi sur la presse.

Le 7 mars 2008, les six principaux quotidiens de Slovaquie ont protesté contre ce projet en publiant leurs éditions avec une Une blanche, à l’exception d’une liste de sept articles tirés du Press Act, appelés les « 7 pêchés capitaux ».

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums