Reporters sans frontières

Le rédacteur en chef de Regar relâché et inculpé de "rassemblement illégal"

Le rédacteur en chef de Regar relâché et inculpé de "rassemblement illégal"

Publié le mercredi 4 octobre 2006. Mis à jour le jeudi 5 octobre 2006.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Roger Mancienne, rédacteur en chef de l’hebdomadaire privé Regar et secrétaire général du SNP (Seychelles National Party, opposition), a été relâché le 4 octobre 2006 dans la matinée, après avoir passé près de 24 heures en détention. Solidairement avec Wavel Ramkalawan, leader du SNP, et Jean-François Ferrari (photo), directeur de publication de Regar, il a été inculpé de "rassemblement illégal".

Roger Mancienne, rédacteur en chef de l’hebdomadaire privé Regar et secrétaire général du SNP (Seychelles National Party, opposition), a été relâché le 4 octobre 2006 dans la matinée, après avoir passé près de 24 heures en détention à la caserne centrale de Victoria, a-t-il annoncé à Reporters sans frontières.

Solidairement avec Wavel Ramkalawan, leader du SNP, et Jean-François Ferrari, directeur de publication de Regar, il a été inculpé de "rassemblement illégal", une peine passible d’une amende de 500 roupies seychelloises (77 euros). Les trois hommes sont invités à se présenter le 10 octobre, au commissariat central.

"Détenu dans une cellule sale et malodorante, j’ai été menotté pour me rendre à l’interrogatoire ou au relevé d’empreintes, a-t-il déclaré à Reporters sans frontières. J’ai déclaré aux policiers que mes droits avaient été violés et que je n’avais commis aucun délit."

Le SNP a convoqué une conférence de presse dans l’après-midi du 4 octobre pour livrer sa version des faits, après la répression violente d’un rassemblement en faveur de la libéralisation de l’audiovisuel, organisé devant l’Assemblée nationale. Dans le journal du soir, la Seychelles Broadcasting Corporation (SBC, chaîne publique) n’a rendu compte de l’incident qu’en diffusant quelques images du rassemblement et une longue interview du chef de la police, donnant, selon Roger Mancienne, une "version erronée des faits". "Nous verrons bien si la SBC viendra ou non à notre conférence de presse pour équilibrer l’information, a-t-il conclu. Si tel n’est pas le cas, la preuve sera faite que les médias d’Etat sont sous contrôle."


03.10.2006 - Manifestation de l’opposition pour la liberté de la presse : le rédacteur en chef de Regar arrêté, son directeur de publication blessé

Reporters sans frontières dénonce la répression violente, par la police seychelloise, le 3 octobre 2006 à Victoria, d’une manifestation de l’opposition en faveur de la libéralisation de l’audiovisuel, au cours de laquelle Roger Mancienne, rédacteur en chef de l’hebdomadaire d’opposition Regar, a été arrêté, et Jean-François Ferrari, directeur de publication du même journal, a été blessé.

“Réclamer la fin du monopole de l’Etat sur l’audiovisuel et l’arrêt du strict contrôle de l’information des médias publics est légitime. La violence de la police anti-émeutes envers la population seychelloise désarmée, venue apporter son soutien à l’opposition et aux journalistes, est incompréhensible. Le gouvernement de James Michel doit admettre qu’il est temps de renoncer pacifiquement à sa mainmise sur l’information nationale. De plus, il n’existait aucune raison valable pour arrêter Roger Mancienne. Celui-ci doit être libéré immédiatement”, a déclaré Reporters sans frontières.

Le 3 octobre dans la matinée, plusieurs centaines de partisans du SNP (Seychelles National Party, opposition) se sont rassemblées devant l’Assemblée nationale, afin de déposer une pétition en faveur de la liberté de la presse. Ils entendaient manifester contre le rejet d’une motion, proposée par les députés du SNP, visant à amender la loi interdisant aux partis politiques de créer des radios privées. Or, le gouvernement seychellois possède un monopole sur la radio et la télévision, dont la ligne éditoriale est strictement contrôlée. L’opposition n’a aucun accès aux médias publics, notamment en période électorale.

Les forces de la police anti-émeutes, armées et munies de grenades lacrymogènes, ont alors fait irruption sur les lieux de la manifestation et violemment frappé les membres de l’opposition et les journalistes présents, sous les yeux du ministre de la Communication. Jean-François Ferrari a été blessé à la tête et souffre de multiples fractures, selon son épouse contactée par Reporters sans frontières. Il a été tranféré à l’hôpital de Victoria en compagnie du chef du SNP, Wavel Ramkalawan, dont on ignore l’état de santé. Roger Mancienne, par ailleurs secrétaire général du SNP, a quant à lui été arrêté et conduit au poste de police de Victoria, où il est toujours détenu.

Seuls deux hebdomadaires non contrôlés par le gouvernement, Regar et Le Nouveau Seychelles Weekly, liés à l’opposition, paraissent dans l’archipel, où une législation draconienne, rendue par une justice souvent très politique, encadre les délits de diffamation ou de publication de fausses nouvelles. Dans la nuit du 8 au 9 décembre 2005, l’imprimerie de Regar avait été victime d’un incendie criminel resté impuni à ce jour.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums