Reporters sans frontières

37943

Accueil - Afrique - Rwanda

La directrice d'un bimensuel indépendant détenue, dernier incident d'une "série noire" pour la presse

La directrice d’un bimensuel indépendant détenue, dernier incident d’une "série noire" pour la presse

Publié le mardi 13 juillet 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Inquiète de l’extrême dégradation du climat pour la presse au Rwanda, après l’arrestation d’une journaliste, dernier incident de la véritable "série noire" qu’a connue le pays les semaines passées, Reporters sans frontières demande à l’Union européenne et aux autres bailleurs de fonds internationaux de suspendre leur soutien au régime de Kigali et de cesser leur appui financier à l’organisation de l’élection du 9 août prochain.

"Combien de temps la communauté internationale va-t-elle encore cautionner ce régime liberticide ? En soutenant l’élection présidentielle du mois prochain, qui se prépare pourtant dans des conditions exécrables, les autorités ne laissant de répit à personne, la communauté internationale se rend complice du régime. Si elle arrêtait ses décaissements, l’Union européenne marquerait clairement son opposition aux pratiques des autorités rwandaises", a déclaré l’organisation.

Le 8 juillet 2010, Agnès Uwimana Nkusi, directrice du bimensuel privé Umurabyo, a été arrêtée par la police et placée en détention provisoire au commissariat de Remera, à Kigali. Cet incident fait suite à la publication dans son journal de plusieurs articles concernant des sujets "sensibles". Dans les deux derniers numéros du bimensuel, la journaliste avait notamment publié des analyses et des questionnements sur le meurtre du rédacteur en chef d’Umuvugizi, Jean-Léonard Rugambage, et la tentative d’assassinat du général Nyamwasa, exilé en Afrique du Sud.

Poursuivie pour "incitation à la désobéissance civile", "outrage au chef de l’Etat", "propagation de fausses rumeurs" et "négation du génocide des Tutsis", la journaliste sera jugée prochainement par le parquet. Son arrestation pourrait présager de la suspension définitive du journal.

La journaliste avait déjà été condamnée à un an de prison ferme, en 2007, pour "sectarisme" et "diffamation". Plus d’informations.

Son arrestation survient après l’assassinat de Jean-Léonard Rugambage, le blocage du site Internet du bimensuel Umuvugizi, et la suspension, pour six mois, des deux principaux journaux indépendants du pays, le bimensuel Umuvugizi et l’hebdomadaire Umuseso. Plus d’informations sur tous ces incidents.

Le Rwanda occupe la 157e place, sur 175 pays, du classement mondial 2009 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières. Après l’Erythrée, la Somalie, et la Guinée équatoriale, il est le quatrième pays africain le moins bien classé.

Depuis plusieurs années, le chef de l’Etat rwandais, Paul Kagame, figure dans la liste des prédateurs de la liberté de la presse dressée par Reporters sans frontières.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums