Reporters sans frontières

Un jeune présentateur de télévision assassiné dans le Caucase russe

Un jeune présentateur de télévision assassiné dans le Caucase russe

Publié le jeudi 6 décembre 2012. Mis à jour le vendredi 7 décembre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières est profondément attristée par l’assassinat de Kazbek Guekkiev, un jeune présentateur du journal télévisé de la chaîne publique VGTRK Kabardino-Balkaria (ВГТРК “Кабардино-Балкария”), le 5 décembre 2012 en Kabardino-Balkarie (Caucase russe).

“Nous souhaitons adresser nos plus sincères condoléances aux proches de Kazbek Guekkiev et demandons à ce qu’une enquête complète et impartiale soit menée dans les plus brefs délais, a déclaré l’organisation. Il est vital de mettre un terme à l’impunité des crimes à l’encontre des acteurs de l’information qui règne dans la région caucasienne russe. ”

Kazbek Guekkiev, 28 ans, a été abattu le 5 décembre 2012 vers 21 heures, alors qu’il rentrait de son bureau de la chaîne de télévision à Naltchik (capitale régionale). Selon les témoins, le jeune homme marchait dans la rue lorsqu’une voiture s’est arrêtée. Deux inconnus en sont sortis, se sont approchés de lui et lui ont demandé s’il était bien le présentateur Kazbek Guekkiev. Après confirmation de la part du journaliste, ils ont ouvert le feu à trois reprises et ont pris la fuite. Le jeune homme est mort sur place avant l’arrivée des secours.

La police a rapidement ouvert une enquête sur l’assassinat en privilégiant la piste professionnelle. Ludmila Kaznatcheeva, directrice de l‘antenne locale de la chaîne VGTRK, a précisé que le journaliste n’avait pas directement travaillé sur les sujets sensibles. Selon le comité d’enquête, le crime pourrait être lié aux menaces de groupes islamistes radicaux à l’encontre des journalistes de la chaîne publique. Le 13 février 2012, dans une vidéo postée sur le site Djamaat Takbir, ces islamistes radicaux avaient menacé les deux présentateurs du journal, Aznor Attaev et Arina Zhiliassova, de “graver des sourires sur leurs visages avec un couteau”, leur reprochant de présenter de manière trop positive “les succès des opérations anti-terroristes.”

Le Caucase russe reste la région la plus dangereuse de Russie, pour les acteurs de l’information comme pour le reste de la population civile. Le 15 décembre 2011, Khadjimourad Kamalov, un éminent journaliste indépendant, a été abattu au Daghestan, autre république caucasienne. Jusqu’à présent, aucun progrès réel n’a été constaté dans l’enquête sur ce crime. Selon le frère du journaliste assassiné, Magdi-Magomed Kamalov, “l’enquête est bloquée par les forces de l’ordre” du Daghestan. A l’initiative de la société civile russe, une lettre ouverte a été adressée au président Vladimir Poutine, lui demandant de s’assurer que l’enquête soit placée sous contrôle fédéral et de mettre fin à l’impunité des assassinats de journalistes.

Lire le rapport d’enquête de Reporters sans frontières sur la situation des médias dans le Caucase russe (octobre 2011) : http://fr.rsf.org/IMG/pdf/rapport_c...

Photo : RIA Novosti

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums