Reporters sans frontières

La journaliste Suzanne Breen sommée de révéler ses sources

Publié le lundi 11 mai 2009. Mis à jour le mercredi 13 mai 2009.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontière condamne fermement la décision prise par la Belfast Crown Court ordonnant à Suzanne Breen, journaliste au quotidien Sunday Tribune, de remettre aux forces de police toutes les informations qu’elle pourrait détenir dans le cadre de ses enquêtes sur l’IRA (Irish Republican Army) véritable.

« Les journalistes ne sont ni des auxiliaires de police, ni des délinquants. La confidentialité des sources, pierre angulaire du journalisme d’investigation, doit être garantie et protégée. Bien que légitimes, la lutte contre le terrorisme et les méthodes particulières de recherche qu’elle implique ne peuvent en aucun cas remettre en question la confidentialité des enquêtes, tout spécialement lorsque celles-ci touchent à des sujets sensibles », a déclaré Reporters sans frontières.

« Nous rappelons également qu’en forçant les journalistes à révéler leur sources, les autorités peuvent parfois les mettre en danger ou les exposer à des représailles », a poursuivi Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières.

« Nous contestons par ailleurs les méthodes employées par les autorités de l’Irlande du Nord, qui veulent maintenir le huis clos dans le traitement de ce dossier, et qui ont exigé d’auditionner Suzanne Breen en l’absence de ses avocats. Ces procédés ne sont pas dignes d’un régime démocratique et offrent un exemple regrettable que certains régimes non démocratiques pourraient exploiter pour justifier leur propre politique en matière de liberté de la presse », a conclu l’organisation.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums