Reporters sans frontières

Controverse autour de la fermeture d'une chaîne sur ordre des autorités

Controverse autour de la fermeture d’une chaîne sur ordre des autorités

Publié le mercredi 31 mars 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EnglishEspañol

Après plus de vingt ans de fonctionnement, la chaîne de télévision privée Canal 53, Cibao TV Club, s’est vue obligée d’arrêter ses programmes, le 25 mars 2010, sur ordre de l’Institut dominicain des Télécommunications (Indotel) l’accusant de “transmission illégale”. La fermeture de la chaîne câblée, basée à Santiago de los Caballeros, a soulevé une vive polémique car elle est intervenue après de très violentes critiques de son présentateur Ernesto Fadul envers le président Leonel Fernández et plusieurs fonctionnaires, au cours du programme “En Salud” (http://www.youtube.com/watch?v=j3HC...). Les arguments d’Indotel et ceux de Canal 53 s’opposent évidemment en tout point.

Selon Indotel, Cibao TV Club utilisait irrégulièrement deux fréquences hors du réseau câblé. L’institut de régulation a assuré avoir seulement repris les fréquences, la chaîne pouvant poursuivre par ailleurs sa diffusion. Une version démentie par le propriétaire Cibao TV Club, Víctor Tejeda, qui souligne que la chaîne a de fait cessé toute activité après la confiscation de ses équipements de transmission sur le câble.

Ernesto Fadul, le propre frère du ministre de l’Industrie et du Commerce, Ramón Fadul, avait qualifié dans son programme les fonctionnaires et la présidence de la République de “voleurs” et de “protecteurs des narcotrafiquants”.

Le recours à la fermeture d’un média, s’il est avéré ici, est le pire moyen de le punir pour des propos que l’on peut juger gravement diffamatoire ou pour l’utilisation illégale de fréquences. Ce procédé porte atteinte à la liberté d’expression et viole directement les standards juridiques interaméricains dans ce domaine.

Nous admettons que le discours d’Ernesto Fadul autorisait une réaction des personnes s’estimant injuriées ou diffamées. Dans ce cas, celles-ci pouvaient parfaitement engager des poursuites judiciaires donnant lieu à une éventuelle amende. Concernant l’utilisation illégale des fréquences, Indotel est dans son rôle régulateur en les reprenant. Il en sort s’il confisque des équipements qui appartiennent au média lui-même, réduisant celui-ci au silence.

Photo : www.gasparache00.com

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums