Reporters sans frontières

Les prédateurs

Birmanie
Thein Sein
Président

Huitième président de la République de Birmanie depuis le 4 février 2011, Thein Sein est détenteur d’un bilan encore trop mitigé pour le déchoir de son statut de prédateur. Trop de contradictions émaillent la première année de son gouvernement. En mars 2011, il avait déclaré, dans son discours inaugural, que le rôle des médias devait être respecté. Pourtant, les restrictions concernant les cybercafés, déjà sévères, ont été renforcées en mai 2011. Le 14 septembre 2011, le reporter de la Democratic Voice of Burma, Sithu Zeya, a été condamné à dix années de prison ferme supplémentaires par un tribunal de Rangoon, pour avoir prétendument diffusé des “informations nuisibles à la tranquillité et à la cohésion du gouvernement”.

Peu après l’amnistie générale du 13 janvier 2012, qui a vu la libération de tous les journalistes de la Democratic Voice of Burma (DVB), et de reporters indépendants, parmi plusieurs dizaines de prisonniers politiques, des poursuites judiciaires ont été intentées par un ingénieur du ministère de la construction contre le journal Modern Weekly et sa reporter, Thet Su Aung. En mars 2012, l’hebdomadaire The Voice a également été poursuivi en justice par le Ministère des Mines, pour un article jugé "diffamatoire".

La politique de censure sous Thein Sein, qui s’est rapidement rendu compte des effets immédiats des gestes d’ouverture politique concédés à la communauté internationale, n’a pas complètement disparu, et les réflexes répressifs de la Division d’enregistrement et de vérification de la presse sont revenus au galop. En mars 2012, deux journaux ont été convoqués et réprimandés par l’organe de contrôle des médias, suite à des publications jugées “non-conformes à sa politique”.

Thein Sein pourrait être le dernier membre de la junte birmane à figurer au rang des prédateurs. Il devrait pour cela impulser une réforme de tout le cadre législatif, permettre l’abrogation de l’Electronic Act et de la loi sur l’état d’urgence, et s’assurer de l’adoption d’une loi sur les médias qui mettra fin à la censure. Il devrait également obtenir la libération de quatre journalistes et un blogueur encore emprisonnés.

Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud - Arabie Saoudite Alexandre Loukachenko - Bélarus Ali Khamenei - Bélarus Bashar Al-Assad - Syrie Boko Haram, groupe islamiste - Nigeria Camorra (Naples), 'ndrangheta (Calabre), Sacra Corona Unita (Pouilles), Cosa Nostra (Sicile) - Italie Chine – Xi Jinping - Chine Choummaly Sayasone - Laos Gourbangouly Berdymoukhammedov - Turkménistan Hamad bin Isa Al Khalifa - Bahreïn Ilham Aliev - Azerbaïdjan Islam Karimov - Ouzbékistan Israel Defence Forces - Israël Issaias Afeworki - Erythrée Jabhat Al-Nosra - Syrie Kim Jong-un - Corée du Nord Le clan Rajapakse - Sri Lanka Leaders et membres des groupes religieux extrémistes - Maldives Les agences de renseignement - Pakistan Les groupes armés baloutches : - Pakistan Mexique : Miguel Treviño Morales alias “Z-40” et le cartel criminel de “Los Zetas” - Mexique Miguel Facussé Barjum - Honduras Milices privées - Philippines Mollah Mohammad Omar - Pakistan Nguyen Phu Trong - Vietnam Noursoultan Nazarbaïev - Kazakhstan Paul Kagamé - Rwanda Ramzan Kadyrov - Russie Raúl Castro - Cuba Robert Mugabe, président de la République - Zimbabwe Somalie - Al-Shabaab, milice islamiste armée - Zimbabwe Swaziland - Mswati III, Roi - Swaziland Teodoro Obiang Nguema - Guinée Équatoriale Vasif Yusif Oghlu Talibov - Azerbaïdjan Vladimir Poutine - Russie Yahya Jammeh - Gambie “Otoniel” et Los Urabeños – paramilitaires - Colombie
close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums