Reporters sans frontières

Les prédateurs

Afghanistan/Pakistan
Mollah Mohammad Omar
Chef des taliban

Composés de nombreuses factions, les taliban opèrent en Afghanistan et au Pakistan. Si le mollah Mohammad Omar, autoproclamé "Commandeur des croyants" et "serviteur de l’Islam", dirige les taliban afghans depuis 1994, il est aussi chef du conseil de direction taliban (Rahbari Shura), créé en 2003, de ses quatre shuras régionales et dix comités. L’actuel chef des Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), Hakimullah Mehsud, lui prête également allégeance.

Les taliban, qui contrôlent de nombreux districts afghans, recourent aux enlèvements de journalistes, aux attentats suicides et aux engins explosifs improvisés (EEI) pour instaurer la terreur. Dans l’est de l’Afghanistan, Jafar Vafa, jeune journaliste radio de Kaleh ghosh, a été tué par un tel engin, en novembre 2011. Avant lui, Rupert Hamer, correspondant de l’hebdomadaire britannique Sunday Mirror, et Michelle Lang, du Calgary Herald, ont été tués dans des conditions similaires.

Bien qu’ils aient libérés, le 29 juin 2011, les deux journalistes français de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, les taliban sont responsables d’un nombre croissant de meurtres de citoyens et de journalistes. L’insécurité, qui favorise la domination des taliban sur la population, crée de véritables trous noirs de l’information dans le sud et l’est du pays, et dans l’ouest du Pakistan. Les militants n’hésitent pas à exécuter les journalistes, en plein jour et aux yeux de tous. Le 17 janvier 2012, les Tehrik-e-Taliban Pakistan ont exécuté Mukarram Khan Atif, correspondant de Deewa Radio, alors que celui-ci priait, dans une mosquée de la province de Khyber Pakhtunkhwa.

Malgré leurs differences et les frontières qui les séparent, ces groupements criminels trouvent une unité dans leur combat contre la liberté d’informer et d’accès à l’information, mené au nom de la religion. Leur présence constitue une menace permanente pour les professionnelles des médias.Terreur et autocensure sont les mots clés qui s’appliquent aux régions sous leur contrôle.

Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud - Arabie Saoudite Alexandre Loukachenko - Bélarus Ali Khamenei - Bélarus Bashar Al-Assad - Syrie Boko Haram, groupe islamiste - Nigeria Camorra (Naples), 'ndrangheta (Calabre), Sacra Corona Unita (Pouilles), Cosa Nostra (Sicile) - Italie Chine – Xi Jinping - Chine Choummaly Sayasone - Laos Gourbangouly Berdymoukhammedov - Turkménistan Hamad bin Isa Al Khalifa - Bahreïn Ilham Aliev - Azerbaïdjan Islam Karimov - Ouzbékistan Israel Defence Forces - Israël Issaias Afeworki - Erythrée Jabhat Al-Nosra - Syrie Kim Jong-un - Corée du Nord Le clan Rajapakse - Sri Lanka Leaders et membres des groupes religieux extrémistes - Maldives Les agences de renseignement - Pakistan Les groupes armés baloutches : - Pakistan Mexique : Miguel Treviño Morales alias “Z-40” et le cartel criminel de “Los Zetas” - Mexique Miguel Facussé Barjum - Honduras Milices privées - Philippines Mollah Mohammad Omar - Pakistan Nguyen Phu Trong - Vietnam Noursoultan Nazarbaïev - Kazakhstan Paul Kagamé - Rwanda Ramzan Kadyrov - Russie Raúl Castro - Cuba Robert Mugabe, président de la République - Zimbabwe Somalie - Al-Shabaab, milice islamiste armée - Zimbabwe Swaziland - Mswati III, Roi - Swaziland Teodoro Obiang Nguema - Guinée Équatoriale Vasif Yusif Oghlu Talibov - Azerbaïdjan Vladimir Poutine - Russie Yahya Jammeh - Gambie “Otoniel” et Los Urabeños – paramilitaires - Colombie