Reporters sans frontières

Les prédateurs


Le roi Hamad Ben Aissa Al Khalifa

Depuis le début du mouvement en faveur de réformes démocratiques dans le pays en février 2011, les autorités bahreïnies se sont efforcées de contrôler l’information sur les manifestations et les exactions commises par les forces de l’ordre contre les protestataires, grâce à un impressionnant arsenal de mesures : interpellations et expulsions de journalistes étrangers ; importantes difficultés pour obtenir des visas ; intimidation de personnes voulant témoigner auprès de médias étrangers ; harcèlement des défenseurs de la liberté d’expression ; arrestations de photographes, blogueurs et net-citoyens, qui ont conduit à une mort en détention ; démissions forcées de journalistes du principal journal d’opposition ; convocations par le procureur ; interdiction de publier toute information relative à des enquêtes en cours conduites par le Procureur militaire, et ce pour des raisons de sécurité nationale, etc.

Les autorités sont parvenues ainsi à imposer un black-out médiatique. En parallèle, elles ont lancé, grâce aux médias officiels ou inféodés au pouvoir, une véritable campagne de propagande contre les principales figures du mouvement de protestation, n’hésitant pas à les afficher publiquement comme traîtres, ou de les qualifier de terroristes.

Suite à la levée de l’état d’urgence et à l’instauration d’un ’dialogue national’, une commission d’enquête a rendu public son rapport en novembre 2011, concluant notamment que les forces de l’ordre s’étaient rendues coupables de graves violations des droits de l’homme. Si les autorités se sont engagées à mettre en place un certain nombre de réformes, les efforts restent insuffisants. La peine de sept ans de prison encourue par deux des policiers impliqués dans la mort du blogueur Zakariya Rashid Hassan Al-Ashiri, décédé le 9 avril 2011 en détention, apparaît dérisoire.

Par ailleurs, des journalistes et blogueurs, condamnés par des tribunaux militaires pendant le soulèvement populaire, n’ont pas vu leur dossier réexaminer par des juridictions civiles, malgré l’engagement public des autorités en ce sens. Tel est le cas du blogueur Abdeljalil Al-Singace, porte-parole et directeur du bureau des droits de l’homme du mouvement Al-Haq pour les libertés civiles et la démocratie, arrêté le 17 mars 2011.

En outre, à la veille de l’anniversaire du soulèvement, en février 2012, de nombreux journalistes étrangers se sont vu refuser un visa pour se rendre au Bahreïn. Politique réitérée lors du Grand-Prix de Formule 1 de Manama en avril 2012. Ces refus visent à limiter le nombre de témoins gênants des manifestations et de leur répressions.

Hamad Ben Aissa Al Khalifa, en tant que roi, est responsable de l’ensemble des exactions commises.

Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud - Arabie Saoudite Alexandre Loukachenko - Bélarus Ali Khamenei - Bélarus Bashar Al-Assad - Syrie Boko Haram, groupe islamiste - Nigeria Camorra (Naples), 'ndrangheta (Calabre), Sacra Corona Unita (Pouilles), Cosa Nostra (Sicile) - Italie Chine – Xi Jinping - Chine Choummaly Sayasone - Laos Gourbangouly Berdymoukhammedov - Turkménistan Hamad bin Isa Al Khalifa - Bahreïn Ilham Aliev - Azerbaïdjan Islam Karimov - Ouzbékistan Israel Defence Forces - Israël Issaias Afeworki - Erythrée Jabhat Al-Nosra - Syrie Kim Jong-un - Corée du Nord Le clan Rajapakse - Sri Lanka Leaders et membres des groupes religieux extrémistes - Maldives Les agences de renseignement - Pakistan Les groupes armés baloutches : - Pakistan Mexique : Miguel Treviño Morales alias “Z-40” et le cartel criminel de “Los Zetas” - Mexique Miguel Facussé Barjum - Honduras Milices privées - Philippines Mollah Mohammad Omar - Pakistan Nguyen Phu Trong - Vietnam Noursoultan Nazarbaïev - Kazakhstan Paul Kagamé - Rwanda Ramzan Kadyrov - Russie Raúl Castro - Cuba Robert Mugabe, président de la République - Zimbabwe Somalie - Al-Shabaab, milice islamiste armée - Zimbabwe Swaziland - Mswati III, Roi - Swaziland Teodoro Obiang Nguema - Guinée Équatoriale Vasif Yusif Oghlu Talibov - Azerbaïdjan Vladimir Poutine - Russie Yahya Jammeh - Gambie “Otoniel” et Los Urabeños – paramilitaires - Colombie