Reporters sans frontières

Les prédateurs

Sri Lanka
Le clan Rajapakse

Le secrétaire d’État à la Défense Gotabhaya Rajapakse, frère cadet du président sri-lankais Mahinda Rajapakse, n’est pas le seul membre du clan au pouvoir ouvertement hostile à la liberté de la presse. Le 19 juillet 2011, Mahinda Rajapakse n’a pas hésité à prendre son téléphone pour menacer Lal Wickrematunge, directeur de l’hebdomadaire The Sunday Leader, qui avait publié un article faisant état de malversations par le Président et son fils Namal Rajapakse, membre du Parlement.

Violences, menaces, censure et propagande à l’encontre des journalistes et défenseurs des médias, jugés trop critiques, continuent de plus belle. Le 29 juillet 2011, à Jaffna, Gnanasundaram Kuhanathan, rédacteur en chef du journal en langue tamoule Uthayan, a été attaqué à coups de barres de fer, une agression restée impunie.

Les principaux sites d’information critiques du gouvernement ou des frères Rajapakse, comme LankaeNews, SriLankaMirror, SriLankaGuardian, Paparacigossip9, et LankaWayNews, ont été bloqués en octobre et novembre 2011.

A l’aune de la 19ème session du Conseil des droits de l’homme, le 27 février 2012, à Genève, une véritable campagne de haine à l’encontre des médias en exil et des défenseurs des droits de l’homme a été orchestrée par le clan Rajapakse. Par le biais d’organismes d’information officiels comme la société de presse “Lake House”, l’Independent Television Network (ITN Ltd) et le quotidien Dinamina, les journalistes qui ont participé à la campagne « Black January » et qui ont relayé les activités de la Lesson Learnt and Reconciliation Commission (LLRC) et le travail effectué par le Conseil, ont été qualifiés par le gouvernement Rajapakse de terroristes et de traîtres.

Les violences, les menaces et la propagande à l’encontre des journalistes et défenseurs des médias, en l’espace d’à peine deux mois (janvier et février 2012), suffisent pour rendre compte du traitement réservé aux professionnels des médias par le gouvernement et en premier lieu les frères Rajapakse.

Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud - Arabie Saoudite Alexandre Loukachenko - Bélarus Ali Khamenei - Bélarus Bashar Al-Assad - Syrie Boko Haram, groupe islamiste - Nigeria Camorra (Naples), 'ndrangheta (Calabre), Sacra Corona Unita (Pouilles), Cosa Nostra (Sicile) - Italie Chine – Xi Jinping - Chine Choummaly Sayasone - Laos Frères musulmans, parti au pouvoir - Egypte Gourbangouly Berdymoukhammedov - Turkménistan Hamad bin Isa Al Khalifa - Bahreïn Ilham Aliev - Azerbaïdjan Islam Karimov - Ouzbékistan Israel Defence Forces - Israël Issaias Afeworki - Erythrée Jabhat Al-Nosra - Syrie Kim Jong-un - Corée du Nord Le clan Rajapakse - Sri Lanka Leaders et membres des groupes religieux extrémistes - Maldives Les agences de renseignement - Pakistan Les groupes armés baloutches : - Pakistan Mahmoud Ahmadinejad - Iran Mexique : Miguel Treviño Morales alias “Z-40” et le cartel criminel de “Los Zetas” - Mexique Miguel Facussé Barjum - Honduras Milices privées - Philippines Mollah Mohammad Omar - Pakistan Nguyen Phu Trong - Vietnam Noursoultan Nazarbaïev - Kazakhstan Paul Kagamé - Rwanda Ramzan Kadyrov - Russie Raúl Castro - Cuba Robert Mugabe, président de la République - Zimbabwe Somalie - Al-Shabaab, milice islamiste armée - Zimbabwe Swaziland - Mswati III, Roi - Swaziland Teodoro Obiang Nguema - Guinée Équatoriale Vasif Yusif Oghlu Talibov - Azerbaïdjan Vladimir Poutine - Russie Yahya Jammeh - Gambie “Otoniel” et Los Urabeños – paramilitaires - Colombie
close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums