Reporters sans frontières

Les prédateurs

Turkmenistan
Gourbangouly Berdymoukhamedov
Président de la République

Le discours réformateur tenu par Gourbangouly Berdymoukhamedov depuis son accession au pouvoir, en décembre 2006, ne rend que plus abyssal l’écart entre les mots et la réalité d’une des dictatures les plus absolues et brutales du globe. « Réélu » en 2012 avec 97% des suffrages, le Président appelle officiellement de ses vœux au développement du multipartisme et des médias privés. Le système du parti unique a récemment été supprimé et deux nouveaux partis ont été créés… par le gouvernement. Les opposants en exil ne se sont toutefois pas risqués à rentrer au pays.

Malgré une politique d’ouverture économique à l’allure de danse du ventre pour les puissances russe et occidentales, l’ancien ministre de la Santé et dentiste personnel du défunt « Turkmenbachi » (Père des Turkmènes) reste intraitable avec la presse. On ne connaît pas le nombre exact de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme enfermés en prison ou en asile psychiatrique. L’Etat règne sans partage sur les cinq chaînes télévisées, les vingt-cinq journaux et les quinze magazines nationaux. Même les programmes des chaînes russes captées dans le pays sont censurés avant diffusion. Si une poignée de cafés Internet ont récemment ouvert, ils restent sous très haute surveillance et ne donnent accès qu’à une version ultra-censurée du Web baptisée « Turkmenet ». La diffusion de l’Internet mobile a permis à de simples citoyens de faire connaître au monde l’explosion meurtrière d’un dépôt d’armes en banlieue de la capitale, en juillet 2011. Mais la répression a été féroce.

En réalité, M. Berdymoukhammedov semble plus soucieux d’intensifier son propre culte de la personnalité que de laisser s’exprimer les critiques. La suppression des aspects les plus excentriques du règne de son prédécesseur, Saparmourad Niazov, avait suscité l’espoir. Las. Si les jours et les mois ne sont plus nommés d’après les membres de la famille du défunt leader, le nouveau président se fait désormais officiellement appeler « Arkadag » (Protecteur). Son portrait souriant tend à remplacer partout celui de son prédécesseur, ses livres sont en tête de vente et son père est glorifié pour avoir élevé un homme « infiniment fidèle au peuple ». Nul doute que la presse locale attend avec impatience le nouveau « livre saint », à la rédaction duquel se serait attelé Gourbangouly Berdymoukhammedov. Il remplacera le « Rukhnama », recueil des préceptes du défunt dictateur, dont l’enseignement est obligatoire à tous les niveaux de la scolarité.

Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud - Arabie Saoudite Alexandre Loukachenko - Bélarus Ali Khamenei - Bélarus Bashar Al-Assad - Syrie Boko Haram, groupe islamiste - Nigeria Camorra (Naples), 'ndrangheta (Calabre), Sacra Corona Unita (Pouilles), Cosa Nostra (Sicile) - Italie Chine – Xi Jinping - Chine Choummaly Sayasone - Laos Gourbangouly Berdymoukhammedov - Turkménistan Hamad bin Isa Al Khalifa - Bahreïn Ilham Aliev - Azerbaïdjan Islam Karimov - Ouzbékistan Israel Defence Forces - Israël Issaias Afeworki - Erythrée Jabhat Al-Nosra - Syrie Kim Jong-un - Corée du Nord Le clan Rajapakse - Sri Lanka Leaders et membres des groupes religieux extrémistes - Maldives Les agences de renseignement - Pakistan Les groupes armés baloutches : - Pakistan Mexique : Miguel Treviño Morales alias “Z-40” et le cartel criminel de “Los Zetas” - Mexique Miguel Facussé Barjum - Honduras Milices privées - Philippines Mollah Mohammad Omar - Pakistan Nguyen Phu Trong - Vietnam Noursoultan Nazarbaïev - Kazakhstan Paul Kagamé - Rwanda Ramzan Kadyrov - Russie Raúl Castro - Cuba Robert Mugabe, président de la République - Zimbabwe Somalie - Al-Shabaab, milice islamiste armée - Zimbabwe Swaziland - Mswati III, Roi - Swaziland Teodoro Obiang Nguema - Guinée Équatoriale Vasif Yusif Oghlu Talibov - Azerbaïdjan Vladimir Poutine - Russie Yahya Jammeh - Gambie “Otoniel” et Los Urabeños – paramilitaires - Colombie