Reporters sans frontières

Les prédateurs


Bachar Al-Assad, Président de la République

Depuis le début du mouvement de contestation populaire à la mi-mars 2011, les exactions contre les civils, notamment les professionnels des médias, n’ont cessé de se multiplier. Bachar Al-Assad et son régime imposent un black-out total de l’information, tout en développant leur propagande. Le prédateur syrien se livre avec ses sbires à une véritable guerre de l’information et de la désinformation.

Les journalistes, blogueurs et citoyens ou militants improvisés journalistes paient chaque jour leur engagement pour dénoncer les atrocités commises. Treize d’entre eux ont trouvé la mort dans l’exercice de leurs activités depuis le début du soulèvement, parmi lesquels quatre reporters étrangers.

Par ailleurs, les journalistes, blogueurs et militants syriens sont systématiquement traqués, arrêtés, torturés. Nombreux sont ceux dont on est sans nouvelles. Les simples citoyens contactés avec des médias étrangers sont également visés. Actuellement, plus d’une trentaine de professionnels et d’amateurs de l’information sont derrière les barreaux.

Quant aux médias étrangers, ils sont pour ainsi dire privés de visas. Délivrés au compte-goutte, leurs bénéficiaires, triés sur le volet et encadrés par les agents des moukhabarat, n’ont aucune liberté de mouvement. Aussi, la plupart sont contraints d’entrer illégalement dans le pays, au péril de leur vie. En mars 2012, le ministre de l’Information a ouvertement menacé de prendre des mesures contre les médias arabes et étrangers et leurs correspondants entrés illégalement en Syrie, ainsi que contre toutes personnes collaborant avec eux.

Sur la Toile, la cyber-armée, chargée de traquer les cyberdissidents sur les réseaux sociaux, a redoublé d’activité. Ses membres agissent en inondant de messages pro-Assad les pages et les sites de soutien aux manifestations. Des comptes Twitter ont été créés pour parasiter les informations fournies par le hashtag #Syria. Cette cyber-armée cherche également à discréditer le soulèvement populaire, en postant des appels à la violence sur les pages des opposants et en faisant croire qu’ils en sont les auteurs. Pour mieux surveiller les dissidents, les autorités récupèrent leurs données personnelles en utilisant la technique du phishing, qui consiste à créer de fausses pages de login à Facebook ou Twitter.

Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud - Arabie Saoudite Alexandre Loukachenko - Bélarus Ali Khamenei - Bélarus Bashar Al-Assad - Syrie Boko Haram, groupe islamiste - Nigeria Camorra (Naples), 'ndrangheta (Calabre), Sacra Corona Unita (Pouilles), Cosa Nostra (Sicile) - Italie Chine – Xi Jinping - Chine Choummaly Sayasone - Laos Gourbangouly Berdymoukhammedov - Turkménistan Hamad bin Isa Al Khalifa - Bahreïn Ilham Aliev - Azerbaïdjan Islam Karimov - Ouzbékistan Israel Defence Forces - Israël Issaias Afeworki - Erythrée Jabhat Al-Nosra - Syrie Kim Jong-un - Corée du Nord Le clan Rajapakse - Sri Lanka Leaders et membres des groupes religieux extrémistes - Maldives Les agences de renseignement - Pakistan Les groupes armés baloutches : - Pakistan Mexique : Miguel Treviño Morales alias “Z-40” et le cartel criminel de “Los Zetas” - Mexique Miguel Facussé Barjum - Honduras Milices privées - Philippines Mollah Mohammad Omar - Pakistan Nguyen Phu Trong - Vietnam Noursoultan Nazarbaïev - Kazakhstan Paul Kagamé - Rwanda Ramzan Kadyrov - Russie Raúl Castro - Cuba Robert Mugabe, président de la République - Zimbabwe Somalie - Al-Shabaab, milice islamiste armée - Zimbabwe Swaziland - Mswati III, Roi - Swaziland Teodoro Obiang Nguema - Guinée Équatoriale Vasif Yusif Oghlu Talibov - Azerbaïdjan Vladimir Poutine - Russie Yahya Jammeh - Gambie “Otoniel” et Los Urabeños – paramilitaires - Colombie