Reporters sans frontières

Le quotidien espagnol El País et la politicienne, Pilar Rahola, poursuivis par le parquet de Wroclaw

Publié le jeudi 21 juin 2007.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Le 5 juin 2007, une procédure judiciaire a été ouverte en Pologne à l’encontre du quotidien espagnol El País, accusé de "diffamation contre le peuple polonais”, à Wroclaw, ville du sud-ouest de la Pologne. L’article à l’origine de l’affaire a été publié le 17 mars 2007. Ecrit par Pilar Rahola, ancienne députée espagnole, il s’intitule “La Pologne fait froid dans le dos”.

“Reporters sans frontières dénonce l’utilisation, pour la première fois, de l’article 132 a du code pénal polonais relatif à la “diffamation de la Nation”. L’auteur de l’article encourt trois ans de prison si elle est reconnue coupable. En pratique, les autorités polonaises sont impuissantes si la journaliste demeure hors des frontières. Si elle souhaite se rendre en Pologne, la question sera toute autre”, a déclaré l’organisation de défense de la liberté de la presse.

Cet article a provoqué l’indignation des autorités polonaises, et particulièrement de la chancellerie du président Lech Kaczynski. Quelques jours après la parution, dans une lettre adressée à la rédaction du quotidien espagnol, l’ambassadeur de Pologne à Madrid, Madame Grazyna Bernatowicz a protesté contre ce qu’elle a qualifié de “formulation offensante”. La plainte déposée à Wroclaw émane du chef régional de la Ligue des familles polonaises (LPR), Rafal Orszak, qui déclarait aux médias : “Il faut arrêter l’anti-polonisme qui se répand en Europe de l’Ouest”.

Selon Pilar Rahola, la démocratie polonaise souffre de plusieurs maux, comme l’influence politique de l’Eglise, l’homophobie officielle et le racisme ambiant. Membre de l’Union européenne depuis mai 2004, la Pologne a vu ces derniers mois les relations des autorités politiques avec la presse se durcir considérablement, dès que des sujets sensibles ont été abordés.

Le directeur général du groupe de presse espagnol Prisa (dont dépend El País), Juan Luis Cebrián, parle d’”initiative tout à fait farfelue et hors de la réalité” de la part des autorités polonaises.

Catalane de Barcelone, Pilar Rahola est un personnage haut en couleur de la scène publique espagnole. Elle est connue pour son féminisme et son franc parler. Ex-députée, Pilar Rahola a siégé pendant huit ans au parlement central de Madrid, d’abord au sein de la Gauche républicaine, puis en tant que fondatrice du Parti pour l’Indépendance.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums