Reporters sans frontières

Le caricaturiste Gregorius Nekschot relâché après 30 heures de garde à vue

Publié le lundi 19 mai 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer Español

Le 16 mai 2008, le caricaturiste Gregorius Nekschot a été libéré après avoir passé trente heures en garde à vue à Amsterdam.

Cette interpellation faisait suite a une plainte déposée en 2005 par un imam. Sur son site internet (www.gregoriusnekschot.nl), le caricaturiste s’en prenait, dans une série de dessins controversés, à l’islam et à l’establishment politique néerlandais.

Le domicile du caricaturiste a été perquisitionné. La police a justifié cette mesure en expliquant qu’elle constituait la seule manière « d’établir qu’il s’agissait bien de l’auteur des caricatures incriminées ».

"Après étude du matériel saisi, il est devenu clair que l’homme qui occupait la maison était Gregorius Nekschot", a précisé le parquet. "Huit caricatures sur des dizaines étudiées dépassent les limites de la liberté d’expression. Elles sont répréhensibles (...) discriminatoires et (...) incitaient à la haine ou à la violence (...) et ont été retirées du site de Gregorius Nekschot ", a ajouté le parquet dans son communiqué.

"Aux Pays-Bas, On muselle les artistes et les caricaturistes. Au Danemark ils protègent les caricaturistes, aux Pays-Bas la police les arrête", a déclaré Gregorius Nekschot dans un entretien paru samedi dans le journal De Volkskrant.

"L’arrestation et la perquisition au domicile de Gregorius Nekschot sont incompréhensibles. La police néerlandaise dispose de bien d’autres moyens pour identifier l’auteur des caricatures qui semble pleinement assumer la paternité de ses dessins. La plainte introduite en 2005 ne justifie pas les mesures disproportionnées qui ont été utilisées, même si les dessins incriminés sont choquants et de très mauvais goût", a déclaré Reporters sans frontières.

Selon la télévision publique NOS, la classe politique néerlandaise dans sa très large majorité s’est indignée de l’arrestation du caricaturiste, qualifiant la perquisition de son domicile et sa mise en détention de « démesurée ».

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums