Reporters sans frontières

Carlos Nuñez finalement libéré après 19 jours de détention

Carlos Nuñez finalement libéré après 19 jours de détention

Publié le lundi 19 juillet 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

Reporters sans frontières se félicite de la libération, le 14 juillet 2010, de Carlos Nuñez, journaliste à la retraite du quotidien de sensibilité communiste Crítica, après dix-neuf jours de détention. Condamné par défaut à un an de prison suite à une plainte pour ‘‘diffamation’’ portée contre lui dix ans auparavant, le journaliste a été arrêté le 26 juillet 2010 sans même savoir qu’il avait fait l’objet d’une condamnation.

Carlos Jerónimo Nuñez López avait été condamné pour un article publié douze ans auparavant dans le journal Crítica (aujourd’hui disparu), traitant de problèmes environnementaux touchant la province de Chiriquí, dans l’archipel de Bocas del Toro au nord-ouest du pays.

‘‘Je suis ici pour avoir défendu les habitants de la région et les personnes qui luttent pour le respect de l’environnement’’, a déclaré le journaliste à sa sortie de prison. Reporters sans frontière se réjouit de cette libération mais rappelle que cette affaire confirme les pressions s’exerçant contre les journalistes qui osent s’emparer de sujets sensibles.


29.06.10 - Un journaliste retraité arrêté et jeté en prison sans jamais avoir eu connaissance de sa condamnation

Carlos Jerónimo Nuñez López, 70 ans, ancien journaliste du quotidien de sensibilité communiste Crítica (aujourd’hui disparu) a été arrêté le 26 juin 2010, pour “diffamation” et “injures” pour une série d’articles publiés concernant des problèmes environnementaux. Condamné par défaut à un an de prison suite à une plainte portée contre lui à la fin des années quatre-vingt-dix, le journaliste ne savait même pas qu’il avait fait l’objet d’une condamnation.

C’est avec consternation que nous avons appris les circonstances pour le moins étranges entourant l’arrestation et la détention de Carlos Nuñez. En effet, le journaliste se trouvait dans un café Internet situé près de son domicile lorsqu’il a été interpellé par des agents de la police nationale lui notifiant sa condamnation. Placé en détention depuis son arrestation, Carlos Nuñez devait comparaître devant un tribunal, le 28 juin.

Carlos Jerónimo Nuñez López avait publié dans Crítica un article dénonçant les activités néfastes pour l’environnement d’un propriétaire terrien dans l’archipel de Bocas del Toro, au nord-ouest du pays. Une plainte pour “diffamation” avait alors été déposée contre lui sans que le journaliste en soit informé.

Nous appelons à la libération immédiate de Carlos Jerónimo Nuñez López et à une révision de son procès. Comment un journaliste peut-il assurer sa défense et être condamné par défaut s’il n’a jamais eu connaissance des accusations portées contre lui ? Cette arrestation, en plus de porter une atteinte directe à la liberté d’expression, bafoue impunément le droit fondamental de chacun à bénéficier d’un procès équitable. Cette affaire vient également rappeler à quels risques s’exposent les journalistes qui osent s’emparer de sujets environnementaux.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums