Reporters sans frontières

Deux journalistes interdits d'exercer leur métier pendant un an par une juridiction d'appel : “une décision absurde et dangereuse”

Deux journalistes interdits d’exercer leur métier pendant un an par une juridiction d’appel : “une décision absurde et dangereuse”

Publié le jeudi 7 octobre 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

Sur décision du second tribunal supérieur de justice,Sabrina Bacal, directrice de l’information de TVN Canal 2 et Justino González, ancien journaliste de la même chaîne et commentateur de la station KW Continente, ont été condamnés à un an d’interdiction d’exercer leur profession et à 6 000 dollars d’amende pour “calomnie et injure”. Le jugement, rendu le 27 septembre 2010 mais porté à la connaissance du public le 4 octobre, a substitué ces peines aux deux ans de prison initialement prévus par le code pénal pour ce type de délit.

Aida Cecilia Castro Diaz, ex-secrétaire de la Direction nationale des migrations et naturalisations, et Rosendo Rivera, ancien avocat de cette administration, sont à l’origine de la plainte contre les deux journalistes. Le 29 septembre 2005, la chaîne TVN Canal 2 avait fait état d’une enquête du Conseil national de sécurité sur une affaire de réseau de prostitution impliquant la Direction nationale des migrations et naturalisations. Sabrina Bacal et Justino González avaient été relaxés en première instance.

Cette décision nous semble à la fois absurde et dangereuse. L’interdiction infligée aux deux journalistes d’exercer leur métier constitue une violation flagrante de la liberté à informer et se laisse comparer à une mesure de censure indigne d’un État de droit. Elle maintient en l’état le régime de sanctions prévues pour les délits de presse. La législation panaméenne, contre la tendance générale sur le continent et contre les standards juridiques interaméricains, prévoit toujours des peines de prison en cas de “diffamation”, “calomnie” et “injure”. Nous espérons que la Cour suprême de justice infirmera le jugement d’appel. Nous soutiendrons les démarches de Sabrina Bacal et de Justino González s’ils décident de se pourvoir devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH).

Face au tollé provoqué par ce jugement, le président de la République Ricardo Martinelli a déclaré, d’après la presse, qu’il ne se prononcerait pas sur cette condamnation, arguant qu’elle “concerne le secteur judiciaire”. Néanmoins, selon nos informations, une grâce de la présidence serait envisagée. Or, “gracier” les journalistes reviendrait à les considérer comme coupables. Cet acte de clémence ne résoudrait rien sur le fond.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums