Reporters sans frontières

43693

Accueil - Asie - Pakistan

 Assassinat du dernier témoin du meurtre du journaliste Wali Khan Babar

Assassinat du dernier témoin du meurtre du journaliste Wali Khan Babar

Publié le lundi 19 novembre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Dans la nuit du 11 novembre 2012, Haider Ali, la dernière des six personnes appelées à témoigner au procès des cinq suspects du meurtre du journaliste de la chaîne Geo News TV, Wali Khan Babar, a été tuée à son domicile.

Reporters sans frontières condamne ces assassinats qui remettent sérieusement en cause l’inculpation des coupables dans le meurtre du journaliste et pourraient rendre caduque toute velléité de justice.

“La mort de Wali Khan Babar est une tragédie qui risque désormais de rester impunie. Le gouvernement provincial du Sindh est directement responsable de la protection des témoins. L’année dernière, des recommandations avaient été émises par la Haute Cour, afin que soient instaurées des mesures de protection, comme l’affectation de personnel de sécurité auprès des témoins et des avocats en charge de l’affaire. Pendant près de deux ans, le gouvernement provincial n’a rien fait pour protéger les six témoins qui ont accepté de raconter ce qu’ils avaient vu le jour du meurtre. Nous demandons la démission immédiate du chef de l’exécutif de la province du Sindh, Syed Qaim Ali Shah”, a déclaré Reporters sans frontières.

“Nous attendons également que la lumière soit faite sur la mort d’Ali Khan Babar et que justice soit rendue. Le fait que des assassinats soient perpétrés alors que les principaux suspects du meurtre se trouvent en détention provisoire, pourrait indiquer que les commanditaires de l’assassinat du journaliste courent toujours. Tout doit être mis en oeuvre afin que la “justice” cesse d’être rendue dans la rue, et par les armes”, a ajouté l’organisation.

Sur les vingt-trois témoins présents lors de l’assassinat du journaliste le 13 janvier 2011, seuls six avaient accepté de témoigner devant la Cour III anti-terroriste (Anti Terrorist Court, ATC) de Karachi, principalement pour des raisons de sécurité.

Progressivement, ces six témoins ont été éliminés entre janvier 2011 et novembre 2012.

Le dernier d’entre eux, Haider Ali, aussi connu sous le nom de Saleem, a été tué quarante-huit heures avant son intervention devant la Cour. Il avait identifié, devant un magistrat, quatre des cinq suspects qui avaient été arrêtés.

Le 11 novembre, deux inconnus se sont présentés chez Haider Ali. La femme de la victime a ouvert, les assassins sont entrés et ont tiré sur l’homme.

Wali Khan Babar, jeune journaliste de 29 ans de la chaîne Geo News TV basée à Karachi, a été tué par balles le 13 janvier 2011 au soir, quelques heures après avoir couvert une enquête policière dans la zone violente de Pehlawan Goth à l’est de Karachi.

En 2011, pour la deuxième année consécutive, le Pakistan se distinguait en tant que pays le plus meurtrier au monde pour les journalistes avec 10 tués. Depuis le début de l’année 2012, huit journaliste ont été tués.

Le Pakistan se situe à la 151e place, sur 179 pays, dans le classement mondial 2011-2012 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

Crédits : ASIF HASSAN/ AFP

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums