Reporters sans frontières

Une chaîne réputée critique envers le gouvernement suspend ses programmes après des menaces répétées et des sabotages

Une chaîne réputée critique envers le gouvernement suspend ses programmes après des menaces répétées et des sabotages

Publié le jeudi 3 février 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer Español

La chaîne de télévision par câble Canal 15, qui diffusait depuis un an le programme d’opinions “La Voz del Pueblo”, dans la municipalité de Condega (Nord-Ouest), a cessé d’émettre après une série d’intimidations, de menaces et d’opérations de sabotage que sa direction attribue à des partisans du président Daniel Ortega. Le calvaire de la chaîne durait depuis six mois.

Carlos Alberto Cerda Acuña, directeur de Canal 15, a informé, le 25 janvier 2011, qu’Edwin Rodríguez, propriétaire de l’entreprise Telecable Condega, avait reçu l’avertissement selon lequel il subirait les conséquences de la poursuite de la transmission du journal. En juillet dernier, le directeur de Canal 15 avait dénoncé devant le Cenidh (Centre nicaraguayen des droits de l’homme), les menaces de mort qui lui étaient adressées par des fonctionnaires gouvernementaux de Condega. Le gouvernement ne s’est ensuite pas prononcé sur la fermeture de la chaîne.

Le 17 janvier dernier, un groupe d’individus a vandalisé les supports de la fibre optique de Condega à Pueblo Nuevo. Les casseurs ont laissé un message de menaces adressé à Edwin Rodríguez.

Démentant un avis apparemment répandu parmi les représentants locaux du FSLN (Front sandiniste de libération nationale - parti présidentiel), Carlos Cerda Acuña s’est défendu d’avoir relayé des critiques envers le gouvernement de Daniel Ortega via le programme “La Voz del Pueblo” de Canal 15.

Le directeur des informations Alexis Peralta et Carlos Acuña disent, dans la presse, avoir été plusieurs fois empêchés d’accéder aux sources d’information d’institutions locales et s’être vu menacer de devoir fermer leur chaine de télévision “s’ils ne s’alignaient pas sur les orientations politiques du parti au pouvoir”.

Reporters sans frontières demande aux autorités compétentes d’élucider l’origine des menaces qui ont incité Canal 15 à suspendre sa diffusion, afin de garantir le respect du pluralisme.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums