Reporters sans frontières

42656

Accueil - Asie - Népal

Les violences contre la presse continuent

Les violences contre la presse continuent

Publié le vendredi 25 mai 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières réitère son extrême inquiétude quant à la vague de violence ininterrompue que continuent de subir les professionnels des médias. Trois jours après avoir tiré le signal d’alarme, l’organisation reçoit toujours autant de témoignages à ce sujet.

Le 22 mai, le journaliste du quotidien Aarthik Abhiyan, Muktiram Neupane, a été blessé à la tête et à l’estomac suite à une agression dans le district de Palpa (Ouest). La veille, à Lalitpur (Centre), Ashok Tuladhar, un autre reporter du même journal, avait été gravement blessé à la tête.

Le 21 mai, Deepa Ale, journaliste de Sagarmath Television, a été agressée par des manifestants à Nepalgunj (district de Banke, ouest du pays). Suite à de graves blessures aux yeux, elle du être hospitalisée à Kathmandou.

Parmi les autres professionnels des médias victimes d’attaques, figurent :

Le 22 mai 2012 :

  • Chudamani Wagle (Radio Sarlahi)
  • Dhruba Basnet, à Bhaktapur (Star FM)
  • Dila Prasad Gautam (Nepal Television)
  • Meena Khadka, à Kathmandou (Mountain Television)
  • Tikaram Neti (Mountain Television)
  • Uttam Phuyal, à Kathmandou (Mountain Television)

Le 21 mai 2012 :

  • Dharmendra Sapkota, à Lalitpur (Mountain Television)
  • Mukti Shrestha, à Lalitpur (cameraman, Mountain Television)
  • Nabaraj Shresth, à Lalitpur (News 24 Television)
  • Nirmal Wali, à Lalitpur (News 24 Television)
  • Pratikshya Sharma, à Lalitpur (cameraman, Mountain Television)
  • Rameshwor Sapkota, à Lalitpur (Mountain Television)

Le 20 mai 2012 :

  • Ramhari Pande, à Kathmandou (Sourya Daily)

À une date inconnue :

  • Binu Thapa Magar, à Pokhara (Gandaki FM)
  • Chuda Mani Wagle (Radio Sarlahi)

Le 24 mai, à Lahan, (Est) de nombreux exemplaires des journaux Kantipur Daily et Annaprna Post, ainsi que de leurs publications affiliées, Kathmandu Post et The Himalayan Times, ont été brûlés par des manifestants.

La chaîne de télévision Mountain Television et la radio Madhyabindu ont déclaré avoir fait l’objet de manœuvres d’intimidation de la part de groupes de manifestants, exigeant des médias qu’ils diffusent des informations en leur faveur. Le bureau de la radio Madhyabindu, basé à Nawalparasi (Centre), a été encerclé par les manifestants.

Enfin, le conseiller de la Fédération Nationale des Journalistes, Dhruba Rawal, a été mis en garde par les protestataires qui l’ont accusé de diffuser des informations négatives à leur égard.

Treize radios, sept quotidiens et deux télévisions locales de Rupandehi (Centre) ont été amenés à cesser leur activité du fait de pressions similaires.

Des véhicules de presse ont à nouveau été vandalisés. Le 22 mai, un véhicule du Nagarik Daily a été endommagé dans la ville de Kerakha (district de Jhapa, Est). Des véhicules de Mountain Television et du Karobar Daily ont été vandalisés, respectivement à Bhaktapur et à Kathmandou.


22/05/2012 - La presse victime des tensions générées par l’adoption prévue d’une nouvelle Constitution

Reporters sans frontières s’inquiète de la multiplication des violences à l’encontre de la presse depuis dix jours dans tout le pays. À l’approche du 27 mai 2012, date à laquelle doit être adoptée la nouvelle constitution népalaise, la tension monte. Les agressions contre les professionnels des médias et les entraves à leur travail se multiplient.

’Les médias ne doivent pas être oubliés par le gouvernement dans un contexte aussi polémique. La nouvelle constitution doit garantir les libertés fondamentales, dont celle d’informer. Seule une presse constitutionnellement protégée est à même de rendre responsable devant sa population un gouvernement qu’elle est capable d’interpeller et de critiquer’, a déclaré Reporters sans frontières.

’Sans engagement concret de la part des autorités, les journalistes et leurs médias continueront de voir leur sécurité sacrifiée dans l’exercice de leur travail. Répondre à l’insécurité des journalistes et mettre un terme à l’impunité doivent constituer des priorités pour le gouvernement. Reporters sans frontières prend note des dernières déclarations du premier ministre Baburam Bhattarai, qui a garanti l’engagement du gouvernement pour la sécurité des journalistes. Nous espérons qu’elles seront rapidement suivies de mesures concrètes’, a ajouté l’organisation.

Au cours du mois de mai 2012, plusieurs groupes ethniques et religieux se sont associés à l’appel lancé dans tout le pays par la Fédération Népalaise des Nationalités Indigènes (NEFIN), afin de faire entendre leurs exigences au cours de l’élaboration du nouveau texte constitutionnel. Les manifestants se sont rendus responsables de nombreuses attaques, menaces et pressions à l’encontre des professionnels des médias. Les distributions des journaux ont été gravement perturbées dans les régions en proie aux tensions, notamment dans l’ouest du pays.

Des journalistes attaqués lors de manifestations

Le 19 mai 2012, le journaliste du quotidien Annapurna Post et d’Image Channel Television Hari Sharma a été agressé par des membre du groupe United Tharu Struggle Committee, issu de la communauté Tharu, alors qu’il regagnait son bureau après avoir couvert leur manifestation dans le district de Nawalparasi (Centre). Sa moto a été brûlée et sa main droite cassée par les assaillants.

Le 11 mai, à Kathmandou, trois journalistes ont été pris à partie par des manifestants : le rédacteur de l’agence de presse Rashtriya Samachar Samiti (RSS), Sharad Chandra Bhandary, ainsi que les reporters du quotidien Sourya daily Ram Sharan Bajagain et Bheem Gautam. Les cartes de presse des deux derniers journalistes leur ont été dérobées.

Le 8 mai, dans l’ouest du pays, le reporter du Gorkhapatra daily, Homraj Ranabhat a été victime d’une agression de la part d’un groupe issue de la communauté d’ethnie Tharu. Des manifestants de la même mouvance ont pris à partie les journalistes de Vijay FM, Milan Parajuli et Prem Bahadur Kshetry, en saisissant leurs cartes de presse et les clés de leur moto.

D’autres professionnels des médias, une cinquantaine, ont subi des agressions au cours des derniers jours :

Le 21 mai 2012 :

  • Ashok Dulal (Aarthik Abhiyan)
  • Nawaraj Shrestha (News 24 Television)
  • Prakash Adhikari, dans le district de Makawanpur (Sagarmatha Television)
  • Radheshyam Khatiwada (Secrétaire de la Fédération des Journalistes Népalais du district de Chitawan)
  • Rajan Upadhyay, à Kaski (Barahi FM)

Le 20 mai 2012 :

  • Biku Tamang, à Lalitpur (journaliste freelance affilié à la Federation of Sports Journalists)
  • Bijay Chamling, à Chabahil (Rajdhani Daily)
  • Dinesh Gautam, à Kathmandou (Citizen FM)
  • Dipendra Karki, à Lalitpur(Karobar Daily)
  • Prakash Kattel (Road Map Weekly)
  • Radheshyam Dahal (Sagarmatha Television)
  • Rajan Parajuli, à Kathmandou (Antenna Foundation Nepal)
  • Rajesh Rai (Gorkhapatra Daily)
  • Shakti Karki (Road Map Weekly)
  • Shambhu Kumar Prasai (Gorkhapatra Daily)
  • Upendra Sharma (Muktipatra Weekly)
  • YP Ghimire, à Lalitpur (caméraman, Himalaya Television)

Le 19 mai 2012 :

  • Ram Rijhan Yadav, à Anamnagar, Kathmandu (journaliste et conseiller de presse du premier ministre)

Le 17 mai 2012 :

  • Dilli Acharya, à Kalanki, Kathmandou (président de la section de Rajdhani de la FNJ)
  • Prakash Chandra Bhattarai, à Tanahu (Lokvani daily - conseiller de la section de Tanahu de la FNJ)
  • Prem Prasad Poudel, à Tanahu (Lokvani daily - président de la section de Tanahu de la FNJ)

Le 10 mai 2012 :

  • Govinda Chaulagain (Society of Cooperative Journalists)
  • Purna Bhakta Duwal (Society of Cooperative Journalists)
  • Rajesh Khanal, à Bhaktapur, Kathmandou (Kathmandu Post)
  • Tapendra Karki, à Bhaktapur, Kathmandou (Rajdhani daily)

Le 9 mai 2012, dans la ville de Dhangadi (district de Kailali, Ouest) :

  • Devraj Joshi (Swarnim Nepal)
  • Nawaraj Khanal (Mountain Television)
  • Ranga Timalsina (Dhangadhi Post)

À une date inconnue :

  • Akkal Kunwar, à Kathmandou (Sagarmatha Television)
  • Ankit Adhikari, à Kathmandou (Kathmadu Post)
  • Basu Satyal (Avenues Television)
  • Ganashekhar Sharma, dans le district de Chitawan (conseiller d’un syndicat de presse)
  • Govinda Ghimire
  • Hari Upreti Bhuwan
  • Karna Chanda, dans le district de Doti (Triveni FM)
  • Milan Parajuli
  • Mohan Shahi, dans le district de Doti (Kantipur daily)
  • Prakash Bam, dans le district de Doti (Triveni FM)
  • Prakash Gyawali (Avenues Television)
  • Pranab Kharel, à Kathmandou (Kathmadu Post)
  • Punya Dhamala (Sagarmatha Television)
  • Radheshyam Dahal
  • Rajendra Acharya
  • Rajendra Pokhrel (Nepal News)
  • Rajesh Chamling (Sagarmatha Television)
  • Raksha Regmi
  • Rohit Bhandari (Mountain Television)
  • Saral Gurung (Sagarmatha Television)
  • Satish Subedi (Sagarmatha Television)
  • Shaligram Nepal, dans le district de Chitawan (président du Press Chautari)
  • Shambu Prasai (Sagarmatha Television)
  • Shishir Simkhada, dans le district de Chitawan (Radio Nepal)
  • Tek Chanda, dans le district de Doti (Triveni FM)

Menaces et pressions

Le 20 mai 2012, le bureau de Kantipur FM à Lalitpur (région de développement Centre) a été encerclé par des manifestants, qui exigeaient que la radio diffuse des informations en faveur de leur communauté.

La Fédération Népalaise des Nationalités Indigènes (NEFIN) a accusé les médias de corruption dans une note soumise à la Fédération des Journalistes Nepalais le 13 mai 2012. La NEFIN y reproche à la presse d’écrire contre le fédéralisme et menace de boycotter les médias qui couvriraient ce sujet sous un angle négatif.

Le secrétaire général de la NEFIN, Ang Kaji Sherpa, a annoncé qu’il n’hésiterait pas à disperser les manifestations de la presse et à “en finir” avec les journalistes s’ils osaient contre-attaquer. “Nous avons entendu dire que la Fédération des Journalistes Népalais est en train d’organiser une manifestation contre nous. Si c’est vraiment le cas, nous n’épargnerons pas ces journalistes”, a-t-il déclaré.

Ces déclarations contredisent celles du président de la NEFIN, Raj Kumar Lekhi, qui aurait au contraire demandé aux manifestants d’arrêter les attaques contre la presse et aurait souligné le respect que son association porte envers les médias.

Par ailleurs, le 13 mai, le journaliste du Samachar daily (Dhangadhi, Ouest), Dharminda Saha, s’est vu intimer par téléphone l’ordre d’arrêter de couvrir les manifestations actuelles.

Les condamnations de ces actes n’ont pas tardé, de la part de plusieurs associations et syndicats de la presse népalaise, tels que la Federation of Nepali Journalists (FNJ), la Revolutionary Journalists Association (RJA), la Nepal Press Union et le Press Chautari.

Après avoir porté plainte auprès du ministère de l’Intérieur, les associations de la presse ont également organisé, le 20 mai, une manifestation contre les violences à l’égard des journalistes.

Entre-temps, le gouvernement a entamé des négociations avec des groupes ethniques et religieux, a condamné les attaques contre la presse et invité les protestataires au calme.

Matériel vandalisé

Le 11 mai, un véhicule appartenant au Rajdhani daily a été vandalisé par des manifestants, alors qu’il était utilisé pour livrer des journaux à Butawal (district de Rupandehi, Ouest). Le journaliste Dinesh Pande a été attaqué lorsqu’il essayait de protéger le véhicule.

Un jour auparavant, le véhicule du Nagarik daily avait été également endommagé par des manifestants de la communauté musulmane à Inaruwa Chowk (district de Sunsari, Est).

Au cours des derniers jours les véhicules d’autres médias ont été vandalisés dans le pays, notamment dans la capitale, parmi lesquels, ceux de : Kantipur Publications, Kantipur Television, Karobar Daily, Kantipur TV, Himalaya TV, Avenues TV, Nepal 1 TV, Citizen FM, Gorkhapatra Daily, Lumbini Television, News 24 Television, Annapurna Post, Radio Lumbini et Mechi Kali.

À Kathmandou, les manifestants ont également mis le feu à une soixantaine d’exemplaires du journal Kantipur et du quotidien Kathmandu Post, ainsi qu’aux motos du caméraman de Himalaya Television YP Ghimire et du journaliste de Nagarik daily Govinda Pariyar.

Le Népal se situe à la 106e place, sur 179 pays recensés, dans le classement mondial de la liberté de la presse 2011-2012 de Reporters sans frontières.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums