Reporters sans frontières

3237

Accueil - Asie - Mongolie

Une directrice de publication condamnée à un an de prison pour avoir publié une fausse information

Publié le vendredi 2 août 2002. .
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

La justice a condamné Hand-dolgor, la directrice du quotidien Ug (Mot), à purger une peine d’un an de prison pour avoir publié une fausse information qui a indirectement provoqué la mort d’une femme. "La diffamation est un délit qui doit être puni. Mais Reporters sans frontières considère, à l’instar du rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la liberté d’expression, qu’une peine de prison est une sanction disproportionnée. La directrice du journal Ug ne peut être tenue pour la responsable directe des événements tragiques qui ont suivi la publication de l’article", a déclaré Robert Ménard, le secrétaire général de Reporters sans frontières, dans une lettre adressée au ministre mongol de la Justice et des Affaires intérieures, Tsendiin Nyamdorj. Tout en condamnant les manquements flagrants à l’éthique journalistique dans cette affaire, Reporters sans frontières a demandé au ministre de s’assurer que la journaliste puisse profiter d’un jugement en appel équitable.

Le 31 juillet 2002, Hand-dolgor, directrice du journal Ug, a été condamnée à un an de prison par la cour du district de Sukhbaatar d’Oulan Bator, après avoir été reconnue coupable de "diffamation" en vertu de l’article 117.2 du code pénal. La journaliste a été conduite au centre de détention de Gants Hudag. Son journal avait publié, le 5 mars 2002, un article alarmant sur la possible propagation du virus du Sida dans la province de Selenge (frontière nord de la Mongolie). L’article désignait nommément une femme, supposée contaminée par le virus, qui entretenait de nombreuses relations amoureuses. Après que des examens effectués par les autorités sanitaires sur la personne incriminée dans l’article se sont révélés négatifs, la directrice de Ug a publié, le 26 avril, ses excuses en première page. Mais, le 18 mai, la victime de la diffamation a été battue à mort par l’un de ses amants, qui réclamait des preuves qu’elle n’avait pas le Sida. Suite à ce décès, Hand-dolgor a été traduite en justice.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums