Reporters sans frontières

La chaîne privée Albasat victime de fortes pressions à l’approche des élections parlementaires

Publié le vendredi 6 mars 2009.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Le 25 février 2009, des agents du ministère de l’Intérieur se sont rendus dans les locaux de la chaîne privée Albasat afin de procéder à une perquisition. Deux employés de la chaîne ont été arrêtés, Tatiana Pantilei, journaliste, et Mihail Pantelei, comptable.

"Cette perquisition est inacceptable. Nous condamnons ce genre de méthodes qui dernières rappellent celles employées sous le régime soviétique. Nous renouvelons notre demande auprès du ministère de l’Intérieur de garantir à tous les médias indépendants la liberté et la sécurité, a fortiori en période de campagne électorale", a déclaré Reporters sans frontières.

Alors qu’ils ne possedaient aucun mandat de perquisition, trois agents du ministère de l’Intérieur ont tenté, en vain, de saisir plusieurs ordinateurs, des disques durs et des documents. Tatiana Pantilei et Mihail Pantelei ont été frappés par les agents. Face à leur résistance, les agents ont conduit les deux employés au commissariat. Ces derniers ont été longuement interrogés.

Le ministère de l’Intérieur a justifié cette opération au motif qu’un ancien employé d’Albasat lui avait affirmé avoir signé un contrat d’embauche dont les clauses étaient "contraires" au droit du travail moldave. La chaîne est aussi accusée de ne pas avoir déclaré la somme de 400 000 lei moldaves (environ 30 000 euros) de bénéfices en 2007. Enfin, Albasat utiliserait des logiciels informatiques sans en avoir acquis les licences nécessaires.

Créée en 1995, Albasat est une chaîne privée. Elle appartient au groupe Euronova Media. Ce dernier pense que les fortes pressions dont la chaîne est l’objet sont liées à la tenue, en avril prochain, d’élections parlementaires. En mai 2008, Reporters sans frontières avait déjà appelé les autorités à garantir la liberté et la sécurité des médias. La Moldavie occupe la 98e place du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums