Reporters sans frontières

Un journaliste porté disparu à Veracruz depuis une semaine

Un journaliste porté disparu à Veracruz depuis une semaine

Publié le jeudi 26 juillet 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

Miguel Morales Estrada, reporter et photographe du quotidien Diario de Poza Rica et photographe indépendant des journaux Tribuna Papanteca et www.gobernantes.com, est porté disparu par sa famille, à Poza Rica, dans l’État de Veracruz (sud du pays), depuis le 19 juillet 2012.

"Avec Miguel Morales Estrada, le nombre de journalistes disparus au Mexique en 2012 s’élève désormais à trois. Cette disparition, et celles de Federico Manuel García Contreras, dans l’État de San Luis Potosí, et de Zane Alejandro Plemmons Rosales, dans l’État de Tamaulipas, traduisent l’insécurité à laquelle la profession fait face au Mexique. Nous attendons une forte mobilisation de la part des autorités afin de retrouver ce journaliste dans les plus brefs délais", a déclare Reporters sans frontières.

Les autorités de Diario de Poza Rica ont indiqué à Reporters sans frontières que le journaliste, âgé de 35 ans, qui couvrait la rubrique policière du journal, travaillait pour ce média depuis février 2012. Le 19 juillet dernier, Miguel Morales Estrada s’est rendu dans les locaux du média où il a confié son équipement photographique au réceptionniste. Ce soir-là il n’est pas renté chez lui et n’a plus donné signe de vie depuis.

Suite à l‘annonce de la disparition du journaliste par son épouse, le 23 juillet, le Procureur général de l’Etat de Veracruz (PGJ) a publié, le lendemain, un communiqué annonçant le lancement des recherches policières. Selon des informations transmissent par Diario de Poza Rica, le journaliste avait prévenu ses hiérarchies de son absence et de son indisponibilité, qu’il avait justifié par des « problèmes personnels ». Sa famille a déclaré ne pas savoir si Morales Estrada avait reçu des menaces avant la disparition.

Après six ans d’offensive fédérale contre le narcotrafic, Veracruz reste l‘État le plus dangereux pour les journalistes au Mexique.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums