Reporters sans frontières

Une chaîne de télévision privée fermée sur ordre de l'Etat

Une chaîne de télévision privée fermée sur ordre de l’Etat

Publié le mercredi 17 décembre 2008. Mis à jour le mercredi 24 décembre 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne la décision des autorités malgaches de fermer la chaîne de télévision privée Viva, propriété du maire d’Antananarivo, dans la nuit du 13 au 14 décembre 2008, pour avoir diffusé des propos jugés susceptibles de “troubler l’ordre et la sécurité publique”. La chaîne venait de diffuser un publireportage de l’ancien président de la République, Didier Ratsiraka, en exil à Paris depuis 2002.

“La fermeture de la chaîne Viva marque un durcissement de la politique du président Marc Ravalomanana vis-à-vis de médias jugés favorables à l’opposition. La diversité d’opinion doit pouvoir exister à Madagascar. Nous appelons donc les autorités à revenir sur cette décision en autorisant la remise en service de la chaîne”, a déclaré Reporters sans frontières.

Le 13 décembre, aux alentours de 23h30, deux fourgons de policiers se sont rendus dans les locaux de Viva, à Ambodivona, munis d’un document signé par le ministre des Télécommunications, des Postes et de la Communication, Bruno Andriantavision, pour procéder à la fermeture immédiate de la chaîne. Les policiers ont également saisi le DVD du programme incriminé. Aucune durée d’interdiction n’a été mentionnée.

Cette mesure survient après la diffusion sur la chaîne de télévision Viva, quelques heures plus tôt, d’un message de l’ancien président en exil, Didier Ratsiraka, enregistré à Paris le 2 décembre 2008, sur la situation politique et socio-économique du pays.

Des extraits de l’enregistrement avaient déjà été largement diffusés par d’autres médias, et avaient été repris à la une du quotidien privé Midi Madagasikara, deux jours auparavant. Ces médias n’ont pas été inquiétés. Le directeur de Viva, Andry Rajoelina, a dénoncé une “décision purement politique”. Il signale d’ailleurs que “le gouvernement avait l’intention de fermer Viva TV depuis longtemps”, et que la direction de l’organe de régulation des médias harcelait la chaîne depuis quinze jours, cherchant “la petite bête pour trouver de quoi justifier une éventuelle fermeture”.

Andry Rajoelina entretient des rapports conflictuels avec le pouvoir exécutif depuis qu’il a gagné la mairie d’Antananarivo, il y a un an, face au candidat du parti présidentiel.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums