Reporters sans frontières

Deux journalistes de Radio Fahazavana remis en liberté provisoire

Deux journalistes de Radio Fahazavana remis en liberté provisoire

Publié le lundi 15 février 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Didier Ravoahangison, directeur de la station privée Radio Fahazavana, et Lolo Ratsimba, animateur de l’émission "Ampenjiky", ont obtenu en appel, le 15 février 2010, leur remise en liberté provisoire. Les deux journalistes attendent leur procès dont la date n’est pas encore fixée.


29.01.2010 - Deux journalistes de Radio Fahazavana en détention provisoire depuis trois semaines

Le 27 janvier 2010, la demande de liberté provisoire formulée par Didier Ravoahangison, directeur de la station privée Radio Fahazavana appartenant à l’église protestante réformée FJKM proche du président de la République déchu, Marc Ravalomanana, et Lolo Ratsimba, animateur de l’émission "Ampenjiky", a été rejetée par le tribunal en charge du dossier. Accusés d’avoir participé à des "actes de déstabilisation politique", les deux journalistes sont détenus à la prison d’Antanimora depuis le 8 janvier dernier.

"Nous appelons à la tenue rapide d’un procès juste et équitable. Si celui-ci ne prouve pas la culpabilité des deux journalistes, ces derniers devraient logiquement être relâchés", a déclaré Reporters sans frontières.

Les deux journalistes de Radio Fahazavana sont détenus pour leur complicité présumée dans une tentative de mutinerie survenue, le 29 décembre 2009, au Régiment d’Appui et de Renseignement (RAS) à Ampahibe, à proximité du siège du ministère des Forces armées malgaches.

Ils avaient été placés sous mandat de dépôt après avoir été auditionnés par la brigade de recherche de Fiadanana et avoir comparu devant le doyen des juges au tribunal d’Anosy. Un troisième journaliste, Jaona Raoly, auditionné lui aussi, avait immédiatement bénéficié de la liberté provisoire.

Cette affaire suscite des réactions contrastées à Antananarivo et au sein de la presse malgache. Les défenseurs de Lolo Ratsimba affirment qu’il n’a fait que son travail, en étant le premier journaliste présent sur les lieux à interviewer le chef des mutins, l’adjudant Daniel Ratsimihafindramanana. Selon eux, la charge qui pèse par ailleurs contre le directeur de la radio est d’avoir autorisé la diffusion de l’information sur la rébellion.

Pour d’autres sources interrogées par Reporters sans frontières, le journaliste Lolo Ratsimba aurait effectivement été complice de cette tentative de mutinerie en ayant fourni une somme d’argent aux mutins. Quelques jours après l’incident, le quotidien Taratra affirmait que des "preuves" (porofo en malgache) de l’implication de Lolo Ratsimba avaient été trouvées. Selon la ministre de la Communication, Nathalie Rabe, citée par le site Internet Madonline.com, l’accusation ne relève pas de la diffusion d’information ou d’un délit de presse, mais de l’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Dans une autre affaire, le 22 décembre 2009, la ministre de la Communication avait ordonné la suspension, pour un mois, de l’émission "Ampenjika" et du journal parlé de Radio Fahazavana. Cette mesure avait été levée quelques jours plus tard.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums