Reporters sans frontières

Menaces et exactions envers les journalistes atteignent une fréquence alarmante

Menaces et exactions envers les journalistes atteignent une fréquence alarmante

Publié le mardi 5 février 2013. Mis à jour le mercredi 6 février 2013.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Lire en arabe (بالعربية)

“Reporters sans frontières est particulièrement inquiet face à la recrudescence des violences et menaces à l’encontre des journalistes libyens dans l’exercice de leurs fonctions. Cette inquiétude est malheureusement renforcée par la récente attaque, le 1er février 2013 à Tripoli, contre une équipe de reportage de la chaîne satellitaire privée Al-Assima.

“Les autorités doivent impérativement faire toute la lumière sur ces incidents qui constituent des violations importantes de la liberté de l’information”, a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de l’organisation, avant de souligner le rôle fondamental joué par les médias libyens dans le processus démocratique transitionnel dans lequel se trouve aujourd’hui la Libye.

Le 1er février 2013, une équipe de la chaîne Al-Assima effectuait un reportage devant le Congrès national libyen lorsque des membres de la sécurité leur ont fermement interdit de filmer. Après un échange verbal, les agents du Congrès ont assailli les trois collaborateurs : le journaliste Salah Abu Za’tar, le cameraman Mus’ab Ali Al-Harari, et leur chauffeur Abdelfatah Mansour Mohammad Al-Danouni. Violente, l’agression a coûté quatre dents cassées au chauffeur et deux au cameraman, ainsi que des hématomes et contusions.

Bien que le Congrès se soit officiellement excusé d’une telle agression, et ait promis d’en sanctionner les responsables, des mesures concrètes et effectives visant à protéger l’intégrité physique des journalistes et à garantir pleinement la liberté d’information font toujours défaut.

Le caractère récurrent des menaces contre des journalistes libyens, provenant souvent, mais pas exclusivement, de groupes officieux armés et/ou religieux, allant parfois jusqu’à des menaces de mort préoccupe également Reporters sans frontières. De telles pratiques constituent de sérieuses violations de la liberté de la presse et de l’information.

Reporters sans frontières appelle, en conséquence, les autorités libyennes à déployer les efforts nécessaires à la protection des journalistes libyens et des journalistes étrangers travaillant en Libye.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums