Reporters sans frontières

25335

Accueil - Afrique - Liberia

Un journaliste déjoue un complot visant à l’assassiner

Publié le vendredi 1er février 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières exprime sa profonde inquiétude après que Sam O. Dean, directeur du quotidien indépendant The Independent Newspaper, a découvert, le 30 janvier 2008, qu’un contrat avait été lancé sur sa tête, moyennant 1000 dollars américains de récompense. Le journaliste, que l’on a essayé d’attirer dans un guet-apens à Monrovia, a échappé de peu à la mort.

"Cette tentative d’assassinat et ce contrat sur la tête de Sam O. Dean sont extrêmement préoccupants. Nous appelons les autorités libériennes, qui ont déjà fait preuve de bonne volonté envers l’Independent Newspaper en levant l’interdiction de paraître qui l’avait frappé l’année dernière, à mener une enquête sérieuse afin que toute la lumière soit faite sur cet incident", a déclaré l’organisation.

Dans la matinée du 30 janvier 2008, Godfrey Beyan, dit "Spirit", un ancien général du National Patriotic Front of Liberia (NPFL), s’est présenté dans les locaux de l’Independent Newspaper "pour acheter de l’espace publicitaire". Une fois Spirit parti, Sam O. Dean a été informé par un laveur de voitures, dont l’anonymat a été préservé, que l’ancien général avait offert 1000 dollars américains à un de ses anciens compagnons d’armes, Beyan Kamara, dit "Fifty", pour l’assassiner. Quelques minutes plus tard, il a reçu un coup de téléphone de Godfrey Beyan l’invitant à "venir conclure leurs négociations", et précisant que lui-même serait absent mais "enverrait son assistant". Cet appel visait en réalité à l’attirer à l’endroit où il devait être abattu par Fifty. Le journaliste a immédiatement prévenu la police, qui a arrêté Beyan Kamara. Godfrey Beyan a été appréhendé à son tour quand, sous la surveillance étroite des policiers, son complice est venu le trouver pour l’informer que "sa mission était accomplie" et qu’il "voulait récupérer son argent". Une source policière a confirmé que Beyan Kamara avait avoué s’être vu offrir 1000 dollars par Spirit pour assassiner Sam O. Dean.

L’Independent Newspaper avait fait les gros titres de la presse libérienne en 2007, après la parution d’un article étalant au grand jour les relations extra-conjugales d’un ministre d’Etat. Le 20 février, Sam O. Dean avait alors été interpellé par la police. L’article était accompagné de photographies représentant ce ministre d’Etat aux affaires présidentielles en pleine relation sexuelle avec deux femmes. Après avoir été brièvement détenu, le journaliste avait disparu dans la nature, et la police avait déclaré ne rien savoir de ses agissements. Il avait alors été considéré comme fugitif, son domicile et son bureau placés sous surveillance policière.

Parallèlement, le gouvernement avait retiré sa licence de presse au quotidien pour une année, pour "publications immorales", et ordonné sa fermeture. Les avocats du quotidien avaient assigné le ministère en justice, protestant contre l’absence de jugement en bonne et due forme. L’Union de la presse libérienne (PUL), qui avait ordonné une suspension de trois mois du quotidien, avait également contesté le geste du ministère de la justice. En mars, la Cour suprême avait finalement levé l’interdiction de paraître, suivie le 30 mai par le ministère de l’Information.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums