Reporters sans frontières

Les locaux du quotidien Neatkarīgā Rīta Avīze saccagés par des inconnus

Publié le lundi 4 janvier 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne l’attaque des bureaux du quotidien Neatkarīgā Rīta Avīze (Independent Morning Press, www.nra.lv) et de sa maison d’édition SIA Mediju Nam, totalement dévastés par des inconnus dans la nuit du 1er janvier 2010. Les bureaux de la direction et des principaux collaborateurs ont été gravement endommagés et les fenêtres fracassées. La plupart des documents ont été altérés ou détruits. ‘’On a tenté de nous faire croire à un cambriolage ordinaire, mais cette version est difficilement crédible", a déclaré un responsable du groupe de presse à Reporters sans frontières.

‘’Nous sommes très choqués par la violence de l’attaque. Ce saccage constitue une menace directe adressée à toute la rédaction de Neatkarīgā Rīta Avīze. Nous demandons aux autorités de poursuivre l’enquête afin d’identifier et arrêter non seulement les auteurs mais surtout les commanditaires de cette attaque délibérée contre la liberté de la presse. Si l’impunité s’installait dans cette affaire, il s’agirait d’un grave manquement à l’Etat de droit au sein d’un pays membre de l’Union européenne. Nous demandons également à la police de s’assurer que toutes les pistes seront explorées et d’informer le plus régulièrement possible la rédaction de Neatkarīgā Rīta Avīze des avancées de l’enquête’’, a déclaré Reporters sans frontières.

Le mobile de l’attaque semble lié aux sujets traités par le quotidien, notamment la corruption et l’influence des oligarques russes et lettons. Lors du saccage, seuls trois anciens écrans et un vieil ordinateur portable ont été dérobés alors que la rédaction disposait d’un matériel informatique beaucoup plus récent. Pour le reste, ce qui n’a pas été détruit n’a pas été volé. "Ces personnes connaissaient nos agendas et nos heures de travail. Par ailleurs, il est rare qu’il n’y ait personne à la rédaction. Seules les fêtes de fin d’année leur ont offert cette opportunité”, a déclaré Armands Puce, P-DG de la maison d’édition, lors d’un entretien téléphonique avec Reporters sans frontières.

"Cette attaque et la destruction de notre matériel ont été soigneusement planifiées. Les vandales sont entrés dans nos bureaux par l’escalier de secours que nous partageons avec l’immeuble voisin. Ils ont ainsi pu éviter les caméras de sécurité placées à l’extérieur de la maison et au rez-de-chaussée”, a ajouté Armands Puce.

"Il est difficile d’identifier avec précision le sujet ou l’article qui pourrait expliquer la violence de cette agression. Au cours des dernières années, Neatkarīgā Rīta Avīze a enquêté sur de nombreux scandales de corruption au sein du monde politique et économique. La rédaction enquête régulièrement sur les dysfonctionnements au sein du bureau du procureur général. Neatkarīgā Rīta Avīze a également couvert de nombreux sujets liés aux oligarques lettons et russes, leurs intérêts commerciaux et politiques”, a déclaré Imants Liepiņš, journaliste à NRA et cofondateur de l’organisation non gouvernementale Public Investigation Bureau.

Il y a un an, Imants Liepiņš avait été poignardé dans le cou par un inconnu. Il a survécu et poursuit ses activités. L’enquête ouverte par la police n’a jamais abouti.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums