Reporters sans frontières

22693

Accueil - Afrique - Lesotho

Un présentateur de radio inculpé de "non-dénonciation d’activité subversive" après trois jours de détention

Publié le mardi 26 juin 2007.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Reporters sans frontières demande l’abandon des poursuites engagées contre Thabo Thakalekoala, présentateur de la radio privée Harvest FM, arrêté le 22 juin 2007 et relâché sous caution après trois jours de détention. Après avoir été accusé de "haute trahison", le journaliste est désormais poursuivi pour "non-dénonciation d’activité subversive" après avoir lu à l’antenne une lettre demandant le départ du Premier ministre Pakalitha Mosisili qui lui aurait été donnée par des membres de l’armée.

"Le gouvernement du Lesotho n’a jamais vu d’un bon œil l’indépendance des médias privés à son égard. Avec l’affaire Thabo Thakalekoala, il montre qu’il n’a pas compris que l’arrestation d’un journaliste, en raison de chefs d’accusation extravagants, est absurde et ne fait que radicaliser les positions. C’est pourquoi nous estimons que la lutte engagée contre Harvest FM est injuste et stérile. Pour apaiser les tensions, l’abandon des poursuites nous semble un préalable logique", a déclaré l’organisation.

Thabo Thakalekoala, célèbre journaliste et présentateur de l’émission "Rise and Shine" de Harvest FM et correspondant au Lesotho de nombreux médias internationaux, a été arrêté par la police le 22 juin à la fin de son programme. Il venait de lire à l’antenne une lettre, qui lui aurait été donnée par des membres de l’armée, dénonçant le Premier ministre comme étant un "dirigeant indésirable du Lesotho" ("unwanted ruler of Lesotho"), méritant d’être arrêté pour avoir occupé ses fonctions ou d’avoir concourru pour les élections alors qu’il serait d’origine sud-africaine, ce que la loi lesothane interdit. D’abord accusé de "haute trahison", le journaliste a été détenu pendant trois jours au commissarait de Maseru, la capitale, où il a entamé une grève de la faim pour protester contre son incarcération.

La mobilisation des auditeurs et de l’antenne locale de l’organisation régionale de défense de la liberté de la presse Media Institute of Southern Africa (MISA), dont Thabo Thakalekoala est le président local, a permis de faire en sorte que le journaliste soit relâché sous caution le 25 juin. Les charges portées contre lui ont été requalifiées en "non-dénonciation d’activité subversive", selon l’article 9 de la loi sur la sécurité intérieure de 1984. Son procès a été fixé au 25 juillet.

Harvest FM est régulièrement accusée par le gouvernement du Lesotho d’être une officine du principal parti d’opposition, la All Basotho Convention. Son rédacteur en chef et présentateur vedette, le révérend Adam Lekhoaba, a été expulsé vers l’Afrique du Sud après les élections générales de février 2007, sous prétexte qu’il n’était pas détenteur d’un permis de travail au Lesotho, d’avoir tenté d’"inciter à la révolte" et de "troubler l’ordre public". La radio avait retransmis les résultats des dépouillements au fur et à mesure de la journée et avait largement donné la parole aux partisans de l’opposition, critiquant le déroulement du scrutin.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums