Reporters sans frontières

Un média saccagé, un autre attaqué à l'arme à feu

Un média saccagé, un autre attaqué à l’arme à feu

Publié le vendredi 20 juillet 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne le saccage des locaux de Radio TV Mitrovica par des représentants de la municipalité de Mitrovica, le 17 juillet 2012, et l’attaque à l’arme à feu perpétrée contre la station de radio Radio-Kolasin dans le nord du pays, le 19 juillet 2012.

“Ces deux incidents, presque simultanés, sont révélateurs du climat très instable dans lequel les médias travaillent dans la région”, a déclaré Reporters sans frontières.

“Concernant RTV M, il n’est pas acceptable qu’une municipalité vandalise de la sorte un média par simple arrêté municipal, alors même qu’une procédure judiciaire est en cours pour régler le litige. Nous demandons à ce que la radio soit indemnisée pour les nombreux dommages causés et à ce que l’arrêt municipal soit immédiatement suspendu. RTV M devrait pouvoir continuer à exercer librement dans ses locaux jusqu’au rendu officiel de la décision judiciaire”.

“Par ailleurs, nous sommes choqués par l’attaque qui a visé Radio-Kolasin. D’après les premiers éléments de l’enquête, il semblerait que l’attaque ait été préméditée. Il est inacceptable que le Kosovo devienne une poudrillère pour les vecteurs de l’information. Nous demandons aux autorités de mettre tout en oeuvre pour assurer la protection des journalistes et de leur espace de travail”, a ajouté l’organisation.

Le 17 juillet 2012, les autorités locales de Mitrovica (nord du pays) ont fait violemment irruption dans les locaux de RTV M pour procéder à l’expulsion du personnel. Encadrées par des forces de police venues contenir un éventuel débordement, des représentants de la municipalité et des travailleurs en bleu de travail ont interrompu les programmes de RTV M et ont ordonné aux journalistes de quitter les lieux. Ils ont jeté les équipements et le stock de matériel dehors, avant de sceller les locaux.

La semaine précédente, le maire de Mitrovica, Avni Kastrati, avait signé un arrêté municipal obligeant le média à quitter les lieux. Cela fait plusieurs années que RTV M et la municipalité se disputent les droits de propriété des locaux, aujourd’hui siège du média. Depuis son installation en leur sein, en 1999, une bataille judiciaire est en cours afin de déterminer le propriétaire légitime des lieux. Le litige aurait dû être réglé par une cour, mais la municipalité n’a pas souhaité attendre que le contentieux se règle par la voie judiciaire. RTV M a reçu trois jours avant le raid un premier avertissement l’encourageant à quitter les locaux de son plein gré.

Le fondateur et directeur de RTV M, Nexhmedin Spahiu a dénoncé le caractère “arbitraire” de l’intervention et a reproché à la municipalité d’avoir attendu son départ du Kosovo pour mener à bien l’opération. En déplacement à Chypre, ce dernier n’était effectivement pas sur place au moment des faits. Il a déclaré que le maire de Mitrovica avait autorisé cette intervention pour lui permettre de récupérer des documents révélant des affaires de corruption.

RTV M est connu pour sa couverture critique de l’actualité dans la région nord du Kosovo et pour ses enquêtes sur les tous les sujets préoccupants les citoyens de Mitrovica et des environs.

A environ 40 kilomètres au nord de Mitrovica, la radio Radio Kolasin, basée dans la ville de Zubin Potok, a fait l’objet d’une attaque à arme à feu, deux jours après la mise à sac des locaux de RTV M. La radio a été l’une des trois cibles d’une attaque simultanée visant également une banque locale et la maison d’un officier de police. Aucun blessé n’est à déplorer et les raisons qui de tels actes sont encore méconnus. Toutefois, ils témoignent des tensions exacerbées dans une région où les médias restent pris en tenaille.

Le Kosovo figure à la 87e place sur 179 pays dans le classement de la liberté de la presse 2011-2012 établi par Reporters sans frontières.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums