Reporters sans frontières

Menaces de mort contre le fondateur du quotidien Koha Ditore

Menaces de mort contre le fondateur du quotidien Koha Ditore

Publié le vendredi 14 mai 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières est scandalisée par les actes d’intimidation et d’intoxication commis à l’encontre du journaliste Veton Surroi, fondateur du quotidien Koha Ditore et de Koha Vision TV, et de sa sœur Flaka Surroi, directrice du groupe Koha. Dans la nuit du 12 au 13 mai 2010, des inconnus ont placardé dans la rue où habitent le journaliste et sa famille des encarts où l’on pouvait lire “La rue des UDBA – Veton et Flaka Surroi”. UDBA est l’acronyme de l’ancienne police secrète serbe, responsable d’exactions particulièrement violentes contre les Kosovars albanophones durant le conflit des années 1990.

"Nous sommes révoltés par cet acte odieux qui équivaut à rien de moins qu’une menace de mort. Dans le contexte politique toujours troublé du Kosovo, ces injures constituent en effet un véritable appel au meurtre, un signal lancé aux mouvances nationalistes qui expose la famille Surroi à de possibles exactions. Il est impératif qu’une enquête soit menée avec sérieux et diligence. Les auteurs et les commanditaires de cet acte diffamatoire doivent être identifiés et traduits en justice. La sécurité de la famille Surroi doit également être assurée", a déclaré Reporters sans frontières.

"Le gouvernement kosovar et la communauté internationale largement représentée à Pristina doivent impérativement condamner publiquement et avec la plus grande fermeté ces déclarations mensongères. Le Kosovo doit définitivement rompre avec cette culture de dénonciation basée sur les accusations « d’espionnage » ou d’appartenance supposée aux services secrets serbes, lancées à l’encontre de quiconque ose critiquer ou simplement analyser le fonctionnement du Kosovo. Le travail des journalistes de Koha Ditore est bien plus salutaire pour les Kosovars que les agissements de ces activistes nationalistes. La protection des fondateurs du groupe Koha et de sa rédaction relève plus que jamais de l’intérêt public", a conclu l’organisation.

Le groupe Koha détient les médias les plus indépendants et les plus respectés au Kosovo. Connu pour son professionnalisme et pour la qualité de ses investigations, Koha Ditore publie régulièrement des enquêtes sur les problèmes de corruption qui frappent les administrations du nouvel Etat.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums