Reporters sans frontières

42813

Accueil - Asie - Kiribati

Le Kiribati Independent attend sa licence depuis plus de cinq mois

Le Kiribati Independent attend sa licence depuis plus de cinq mois

Publié le mardi 19 juin 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières réitère sa demande au Ministre des Communications, des Transports, du Tourisme et du Développement industriel de la République des Îles Kiribati, M Taberannang Timeon, d’octroyer une licence de publication au journal Kiribati Independent (KI) comme le prévoit le Newspaper Registration Act (1989).

“La demande d’enregistrement du Kiribati Independent a été déposée en décembre 2011, pourquoi est-elle toujours en cours d’instruction ? Ce silence, accompagné d’ordres ministériels d’arrêt des publications, reçus à deux reprises par le Kiribati Independent, constitue une véritable entrave au travail du journal. La lettre que nous avions adressé à M Taberannang Timeon, le 25 mai 2012 (voir ci-dessous), demeure également sans réponse. Le ministère doit traiter la demande du Kiribati Independent dans les plus brefs délais ou donner des explications quant à la lenteur du processus visant l’obtention d’une licence. La récente visite de policiers dans les locaux du média semble indiquer de manière plus évidente qu’il s’agit d’un harcèlement délibéré”, a déclaré Reporters sans frontières.

Après vérification auprès de son avocat, Taberannang Korauaba, l’éditeur du journal, a poursuivi son activité mais a reçu, en conséquence, deux ordres d’arrêt des publications provenant du ministère des Communications. La reprise de l’activité, le 1er juin 2012, a été suivie, le 19 juin, par une visite de la police dans les locaux de la rédaction.

Le Pacific Scoop, une publication du Pacific Media Centre, a relayé, le 19 juin, une déclaration de Taberannang Korauaba, qui a affirmé : “Notre avocat a répondu au ministère des Communications que le Kiribati Independent n’a enfreint aucune loi et que, s’ils sont persuadés du contraire, ils doivent ouvrir une procédure contre l’éditeur.”


25/05/2012 - Lettre au Ministre des Communications, des Transports, du Tourisme et du Développement industriel de la République des Îles Kiribati, M Taberannang Timeon

À l’attention de :

M Taberannang Timeon, Ministre des Communications, des Transports, du Tourisme et du Développement industriel de la République des Îles Kiribati

Objet : Lettre de Reporters sans frontières à l’attention de M le Ministre Taberannang Timeon

Monsieur le Ministre,

Reporters sans frontières, organisation internationale de défense de la liberté de l’information, souhaite solliciter des réponses de votre part au sujet de la demande d’enregistrement du journal Kiribati Independent (KI) en application du Newspaper Registration Act (1989)

Cinq mois après son dépôt, la demande du Kiribati Independent est toujours en cours d’instruction. Dans l’attente d’une réponse de la part de vos services, l’éditeur Taberannang Korauaba et l’imprimeur Maria Printers ont déposé auprès de vous deux documents attestant de leur qualité d’éditeur et d’imprimeur du titre, le 2 avril 2012.

L’équipe du KI nous a néanmoins informés qu’elle avait été contrainte de suspendre ses activités au mois d’avril, suite à un ordre, émanant de votre ministère, leur intimant de cesser toute publication jusqu’à la finalisation de l’enregistrement. Le 18 mai 2012, vos services ont renouvelé cette injonction auprès du KI, sans toutefois expliquer les raisons d’une si longue attente dans le traitement de cette demande. Bien que la loi ne mentionne aucun délai maximum de réponse, nous considérons qu’une attente de cinq mois est étrangement longue et équivaut à une sérieuse entrave au travail du KI.

Dans son message du 18 mai, votre porte-parole, M Ruatu Titaake, a justifié le renouvellement de la suspension du journal en s’appuyant sur le Newspaper Registration Act, qui disposerait que la déposition d’affidavits ne donne pas le droit aux publications.

Toutefois, d’après M Taberannang Korauaba, le journal a le droit, sur la base des affidavits déposés, de poursuivre son activité dans l’attente de l’enregistrement. Il s’agit de la même procédure que M Korauaba avait suivi dans le passé lors du lancement d’une autre publication (le journal Tematairiki), sans avoir rencontré, cette fois là, aucun problème.

De plus, selon le professeur David Robie, directeur du Pacific Media Centre et responsable du projet Pacific Media Watch, d’autres médias ont pu continuer leur activité après avoir déposé leurs affidavits. Cette application sélective de la loi semble justifier les craintes de M Korauaba, pour qui la vrai raison de l’ordre d’arrêt des publications et de la longue attente pour l’enregistrement est la volonté de museler le KI à sa naissance.

Le journal a publié en mars 2012 une série d’articles critiques du gouvernement, qui lui avait valu des menaces de poursuites en justice de la part du Président de la République, M Anote Tong. Nous espérons qu’il n’y ait aucun lien entre le contenu de ces articles et les difficultés rencontrées par le KI dans la finalisation de son enregistrement.

Face à cette situation confuse, nous vous demandons de fournir des réponses claires au journal Kiribati Independent et de traiter sa demande d’enregistrement dans les meilleurs délais. Nous vous prions également de faire la lumière sur la portée du Newspaper Registration Act et de ses modalités d’application.

En espérant que vous comprendrez toute l’importance de notre requête et que vous lui donnerez une suite positive, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations respectueuses.

Olivier Basille
Directeur Général de Reporters sans frontières

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums