Reporters sans frontières

24912

Accueil - Afrique - Kenya

Le gouvernement lève l’interdiction de diffusion des programmes d’informations en direct

Publié le mardi 5 février 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Reporters sans frontières salue la décision des autorités kenyanes de lever, le 4 février 2008, l’interdiction de la diffusion en direct, par les médias audiovisuels, de tout programme d’informations. Cette mesure avait été imposée au lendemain de la réélection très controversée du président Mwai Kibaki, en décembre 2007.

Dans un communiqué officiel, le secrétaire permanent à l’Information et à la Communication, Bitange Ndemo, a déclaré qu’"au regard de l’amélioration de la situation, le ministre pour la Sécurité intérieure, George Saitoti, a révoqué la décision et par conséquent, la suspension est levée avec effet immédiat". Cette interdiction de diffusion avait été décrétée par le gouvernement, le 30 décembre 2007, "dans l’intérêt de la tranquillité et de la sûreté publique", alors que le pays était en proie à des émeutes meurtrières dans la foulée du scrutin présidentiel. Le porte-parole du gouvernement avait expliqué que "dans l’environnement actuel, certaines personnes utilisaient les médias pour inciter à la violence".


31.12.07 - Reporters sans frontières juge "dangereux et contre-productif" le black-out sur l’information décrété par le gouvernement

Reporters sans frontières met en garde le gouvernement kenyan contre les dangers que représente l’interdiction, promulguée le 30 décembre 2007, des programmes en direct pour les médias audiovisuels. L’organisation dénonce un climat de peur imposé à la presse privée dans la foulée d’un scrutin présidentiel controversé.

"Le black-out sur l’information risque de laisser la rue être gouvernée par la rumeur et l’intoxication. Cette décision est donc dangereuse et contre-productive, dans la mesure où elle interdit de fait tout programme d’informations, impose un climat d’intimidation sur les journalistes et plonge le pays dans la confusion. Nous appelons le gouvernement à privilégier le dialogue avec les directeurs des médias et à leur permettre de travailler librement, de manière à ce que la population soit informée correctement", a déclaré l’organisation.

Le 30 décembre 2007, le ministre de la Sécurité intérieure, John Michuki, a annoncé l’interdiction des "programmes en direct" pour tous les médias kenyans, après l’annonce de la victoire du président sortant, Mwai Kibaki, au terme d’un processus électoral controversé. Dans la foulée, le ministère kenyan de l’Information et de la Communication a expliqué que cette "suspension" avait été ordonnée "dans l’intérêt de la sécurité et de la tranquillité publiques". Le porte-parole du gouvernement a expliqué, dans un communiqué, que "dans l’environnement actuel, certains personnes utilisent les médias pour inciter à la violence" ("In the prevailing environment, some people are using the media to call for violence and to incite members of the public to engage in violence.").

La plupart des médias ont stoppé tout programme d’information et le Kenya est, de fait, plongé dans un black-out sur l’information. Selon des journalistes locaux, la crainte est de voir la police opérer des raids dans leurs locaux et ordonner leur fermeture. Une seule radio privée, Kiss FM, continue de diffuser des programmes de libre antenne. Les journalistes craignent de se rendre sur le terrain, de peur d’être agressés. Deux journalistes de la chaîne privée K24 ont ainsi été attaqués par des manifestants, le 30 décembre, alors qu’ils couvraient des manifestations.

Une première réunion entre l’Association des propriétaires de médias (Media Owners Association, MOA) et le gouvernement a eu lieu le 31 décembre dans la matinée. De son côté, le président du Media Council, l’organe de régulation de la presse, Wachira Waruru, a estimé que la décision du gouvernement était "draconienne" et mettait la liberté de la presse en péril.

La situation est très tendue dans le pays, alors que des affrontements de rue meurtriers ont été signalés dans différentes villes de province et à Nairobi. Selon des journalistes locaux, les informations circulent essentiellement par SMS depuis la suspension des programmes d’information. Sur Kiss FM, la présentatrice Caroline Mutoko a demandé au public de ne pas citer Kiss FM comme la source d’informations dans leurs SMS lorsque ce n’est pas le cas, expliquant que ce type de comportement risquait d’entraîner la fermeture de la station.

Par ailleurs, le signal de la station privée Radio Lake Victoria à Kisumu (Ouest), qui soutenait ouvertement le candidat de l’opposition Raila Odinga, a été coupé. Le directeur adjoint de la radio, Seth Oloo, accuse le gouvernement de "sabotage".

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums