Reporters sans frontières

26726

Accueil - Asie - Japon

Reporters sans frontières manifeste à Nagano lors du passage de la flamme olympique

Publié le samedi 26 avril 2008. Mis à jour le mercredi 30 avril 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Des membres de Reporters sans frontières, dont son secrétaire général Robert Ménard, ont manifesté pacifiquement lors du passage de la flamme olympique le 26 avril 2008 au matin à Nagano, au Japon. Après avoir participé à une prière collective pour les victimes de la répression au Tibet au temple bouddhiste Zenkoji, dont les responsables avaient refusé d’accueillir le départ de la flamme, les militants de l’organisation, habillés des tee-shirts de la campagne Pékin 2008, ont déployé des banderoles représentant les anneaux olympiques sous forme de menottes à plusieurs endroits de Nagano. Des militants de la cause du Darfour et des droits de l’homme en Corée du Nord étaient présents au côté de Reporters sans frontières.

La veille du passage de la flamme à Nagano, Robert Ménard avait tenu une conférence de presse à Tokyo. Interrogé sur l’annonce par Pékin de la possible réouverture d’un dialogue avec des émissaires du dalaï-lama, il a déclaré : "C’est un premier pas dans une attitude plus ouverte sur les droits de l’homme. Mais nous attendons des avancées concrètes, notamment la libération de prisonniers d’opinion. Si demain, il y a des discussions sérieuses sur les droits de l’homme, nous arrêterons de manifester. On ne manifeste pas pour le plaisir de manifester. Les autorités chinoises ne sont nullement insensibles aux pressions extérieures, comme l’ont montré les récents événements. Il faut continuer à se mobiliser pour obtenir des résultats avant le début des JO."

Rappelant que les manifestations n’étaient pas dirigées contre le peuple chinois, mais contre le gouvernement de Pékin, Robert Ménard a tenu à rappeler que Reporters sans frontières était une "organisation apolitique dont le but est, à travers cette campagne, de défendre la liberté d’expression en Chine".

"Nous demandons au Premier ministre japonais Yasuo Fukuda d’intervenir auprès des autorités chinoises, en leur remettant notamment une liste de prisonniers d’opinion qu’il est urgent de libérer. S’ils ne sont pas relâchés avant le 8 août prochain, Yasuo Fukuda ne doit pas se rendre à Pékin pour la cérémonie d’ouverture", a-t-il ajouté.

Robert Ménard avait entamé la conférence de presse en rendant hommage au reporter japonais Kenji Nagai, tué par un soldat birman en septembre 2007 à Rangoon. "La Birmanie, dont le plus sûr soutien international est la Chine, doit rendre compte de la mort de ce journaliste", a affirmé le secrétaire général de Reporters sans frontières.

A son arrivée au Japon, il avait été obligé de signer une déclaration sur l’honneur dans laquelle il s’engageait à respecter les lois japonaises. Pendant tout son séjour, il a été suivi par des policiers en civil.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums