Reporters sans frontières

Un journaliste kurde syrien menacé au Kurdistan irakien par le PKK

Un journaliste kurde syrien menacé au Kurdistan irakien par le PKK

Publié le jeudi 14 juin 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Lire en arabe (بالعربية)

Reporters sans frontières est très préoccupée par la sécurité du journaliste kurde syrien, Biradost Azizi, originaire de Qamishli (nord-est de la Syrie), réfugié au Kurdistan irakien depuis son expulsion de Syrie en 2004.

“Nous demandons aux autorités de la région autonome du Kurdistan irakien d’ouvrir des enquêtes sur les événements passés, et prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir la sécurité de Biradost Azizi. Le PKK doit quant à lui condamner ouvertement les menaces proférées à l’encontre du journaliste ainsi que la tentative d’assassinat dont il a été victime”, a déclaré l’organisation.

En 2011, Mohamed Abdu Hamu, plus connu sous le nom de Biradost Azizi, a réalisé de nombreux sujets sur la révolution syrienne en général, et sur le positionnement des Kurdes de Syrie dans le soulèvement syrien en particulier, pour la chaîne de télévision KNN et la radio Nawa. Contacté par Reporters sans frontières, il déclare avoir été menacé régulièrement au cours des sept derniers mois par téléphone.

Ce journaliste est connu pour ses prises de position en faveur de la révolution syrienne, notamment du mouvement révolutionnaire dans les régions kurdes de Syrie. Il a réalisé de nombreux reportages sur les activités des milices de la branche syrienne du PKK, le PYD.

Début 2012, Biradost Azizi a cosigné des communiqués et déclarations d’intellectuels et d’activistes kurdes, dénonçant les exactions commises par le PKK dans les régions kurdes de Syrie. En janvier, sa signature figure au bas d’une déclaration condamnant l’assassinat de trois membres d’une même famille à Qamishli le 10 janvier 2012 : http://www.welateme.info/erebi/modules.php?name=News&file=article&sid=11333. Le 7 février dernier, il désigne le PYD comme responsable, avec l’aide des services de renseignements syriens, des exactions commises à Afrin après la manifestation populaire pacifique du 3 février 2012, organisée par le Conseil national kurde en Syrie et les Jeunes de la révolution à Afrin.

Le 8 mai 2012, il a interviewé Saleh Muslim, leader du PYD, qui dénonçait la manipulation des manifestations d’opposants au régime à Qamishli par les salafistes et les islamistes, reprenant à son compte les prises de position publiques du régime de Bashar Al-Assad.

Suite à la diffusion de cette interview, une campagne de dénigrement a été lancée à l’encontre du journaliste sur Facebook. Des menaces de mort ont été proférées, notamment après la publication, sur la BBC en langue farsi, d’un article dans lequel un journaliste citait ses déclarations sur la situation des Kurdes et le rôle du PKK en Syrie.

Depuis, Biradost Azizi a posté, le 15 mai dernier, un article sur sa situation personnelle, intitulé : “Déclaration avant la liquidation ... Pour l’opinion publique syrienne et kurde”, dans lequel il déclare être menacé par le PKK et sa branche en Syrie. Il désigne nommément des personnes comme étant de potentiels responsables de sa probable liquidation. Une plainte pour diffamation a été déposée contre lui. Le procès s’est ouvert le dimanche 10 juin 2012, devant le tribunal de première instance de Suleimanieh.

La veille de l’audience, le journaliste a échappé à une tentative d’assassinat alors qu’il regagnait son domicile. Selon Biradost Azizi, joint par Reporters sans fontières, ses activités journalistiques et ses prises de position contre le régime de Bashar Al-Assad expliqueraient cette tentative d’assassinat.

Reporters sans frontières exprime de sérieuses craintes pour sa sécurité.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums