Reporters sans frontières

Rapport d'enquête : « Entre liberté et exactions, le paradoxe des médias au Kurdistan irakien »

Rapport d’enquête : « Entre liberté et exactions, le paradoxe des médias au Kurdistan irakien »

Publié le mercredi 3 novembre 2010. Mis à jour le mercredi 28 mars 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Tout le monde s’accorde à dire que la liberté de la presse au Kurdistan irakien est plus grande que dans les régions environnantes, et qu’avec ses 850 médias et 5 000 journalistes, la situation s’est considérablement améliorée au cours des dix dernières années.

Et pourtant…

En deux ans, les agressions de journalistes n’ont cessé de se multiplier de la part des forces de l’ordre et des forces de sécurité des deux grandes formations politiques que sont le Parti démocratique du Kurdistan de Massoud Barzani et l’Union patriotique du Kurdistan de Jalal Talabani.

Deux journalistes ont payé de leur vie le ton de leurs articles.

L’assassinat de Sardhast Osman en mai 2010 a généré un climat de peur au sein de la profession. Aujourd’hui, l’incompréhension est profonde entre les autorités et les professionnels des médias. Aucun des deux camps ne semble accepter le rôle et la nécessité de l’autre.

Le rapport d’enquête que Reporters sans frontières publie aujourd’hui, intitulé « Entre liberté et exactions, le paradoxe des médias au Kurdistan irakien », a pour ambition de saisir la complexité de la situation, en revenant notamment sur l’origine de ces médias dans l’histoire politique de la région. Dans ce rapport, l’organisation adresse des recommandations aux autorités du Kurdistan irakien, ainsi qu’aux journalistes de la région.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums