Reporters sans frontières

43551

Accueil - Asie - Indonésie

Tentative de black-out médiatique autour d'un crash aérien

Tentative de black-out médiatique autour d’un crash aérien

Publié le mercredi 17 octobre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Le 16 octobre 2012, six journalistes, Rian Febrianto Budi Anggoro, d’Antara News Agency, Didiek Herwanto, du Riau Post, Fakhri Rubianto, du Riau TV, Ari, du TV One, Irwansyah, du Riau TV et Andhika, du Vocal magazine ont violemment été pris à partie par des membres de la force aérienne nationale alors qu’ils couvraient le crash d’un avion militaire dans le village de Kampar à Pekanbaru, dans la province de Riau (Est de l’île de Sumatra). Le chef des forces aériennes, Agus Suhartono, a légitimé les actes de ses subordonnés en invoquant des raisons de “sécurité publique”. Selon lui, l’appareil “aurait pu renfermer des bombes qui auraient pu exploser à tout moment”, ce qui nécessitait que les témoins soient tenus à l’écart.

“Nous condamnons cette atteinte à la liberté d’information. Rien ne peut justifier une telle violence à l’égard des professionnels des médias qui agissent dans l’intérêt public. Ces journalistes ont tenté d’informer la population d’une tragédie que les forces aériennes ont manifestement essayé de dissimuler”, a déclaré Reporters sans frontières.

“Une enquête doit être ouverte. Les coupables de ces violences doivent être arrêtés et jugés afin que ces actes ne restent pas impunis. Les appareils photos et caméras des journalistes qui ont été saisis par les militaires, doivent être restitués dans les plus brefs délais”, a ajouté l’organisation.

Alors qu’il tentait de prendre en photo des restes de l’avion, à une cinquantaine de mètres de l’épave, Rian Febrianto Budi Anggoro a été passé à tabac par dix membres des forces aériennes. Son confrère, Didiek Herwanto, a reçu plusieurs coups, notamment au niveau de l’oreille, occasionnant des blessures sérieuses.

En signe de soutien, des associations de journalistes ont organisé plusieurs manifestations dans une dizaine de ville du pays le 17 octobre 2012.

L’Indonésie se situe à la 146ème place, sur 179 pays recensés, dans le classement mondial de la liberté de la presse 2011-2012 établi par Reporters sans frontières.

(Photo : Antara/HO/FA)

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums