Reporters sans frontières

38195

Accueil - Asie - Indonésie

Les meurtriers d'un journaliste relâchés

Les meurtriers d’un journaliste relâchés

Publié le mercredi 9 mars 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne la décision de la cour de Tual, dans la province des Moluques (Est), de relaxer, le 9 mars 2011, les trois inculpés du meurtre du cameraman de la chaîne SUN TV, Ridwan Salamun. Celui-ci avait été assassiné le 21 août 2010, alors qu’il couvrait un affrontement entre habitants de villages voisins. L’organisation demande à la justice indonésienne la révision du procès et appelle à ce que l’accusation de meurtre soit réexaminée.

Le procureur, chargé de la défense de la victime, a tout d’abord accusé Hasan Tamange, Ibrahim Raharusun et Sahar Renuat d’avoir "commis un meutre" ("committing murder"), puis a changé l’acte d’accusation en "persécution" ("persecution"), demandant qu’ils soient condamnés à une peine de huit mois de prison. La défense n’est pas parvenue à prouver que le journaliste avait été victime de "persécution". Les juges ont alors décidé de libérer les trois individus, en vertu de l’Indonesian Criminal Procedure Law (KUHAP), alors que leur culpabilité est évidente, et de clore le procès.

Reporters sans frontières rappelle également que les assassins d’Alfrets Mirulewan, rédacteur en chef de Pelangi Weekly, dans la province des Moluques, tué le 17 décembre 2010, n’ont toujours pas été arrêtés.


Un cameraman tué lors d’une manifestation dans les Moluques

24-08-2010

Reporters sans frontières est horrifiée par la mort le 21 août 2010, de Ridwan Salamun, cameraman de la chaîne SUN TV, à Tual, dans la province des Moluques (Est). Le reporter a succombé à l’agression d’un groupe de villageois qui n’auraient pas toléré sa présence lors d’un affrontement avec des habitants d’un village voisin.

Il est urgent que la police mène une enquête exhaustive pour arrêter les auteurs de cet assassinat. Pour ce faire, les autorités des Moluques doivent dépêcher des policiers supplémentaires pour mener l’enquête à bien. En effet, selon plusieurs sources locales, les policiers présents sur les lieux n’auraient pas tenté de le sauver et n’auraient pas non plus essayé d’appréhender les coupables.

Le président de SUN TV, le principal réseau de télévisions en Indonésie, cité par le site kompas.com, a affirmé que son employé, frappé au cou et dans le dos à coups de machette, était mort de ses blessures lors de son transfert à l’hôpital.

Ridwan Salamun, récemment engagé par son média, couvrait des incidents entre deux groupes rivaux des villages Banda Eli et Mangun.

Deux autres journalistes indonésiens sont morts au cours des dernières semaines dans des circonstances encore à éclaircir. Ardiansyah Matra’is, journaliste d’enquête de Merauke TV : http://fr.rsf.org/indonesia-comment... Muhammad Syaifullah, rédacteur en chef du bureau de Bornéo du Kompas : http://fr.rsf.org/indonesia-un-jour...

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums