Reporters sans frontières

43329

Accueil - Asie - Inde

Les manifestants s'en prennent aux journalistes en signe de protestation

Les manifestants s’en prennent aux journalistes en signe de protestation

Publié le mercredi 5 septembre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne les violences et menaces perpétrées contre des journalistes dans l’Etat d’Assam (nord-est du pays) lors de la manifestation du 28 août 2012 organisée par le syndicat étudiant All Assam Minority Students Union (AAMSU).

L’organisation appelle les autorités à prendre les mesures nécessaires pour faire cesser et condamner toutes violences faites à l’encontre des professionnels des médias.

Le 28 août 2012, une manifestation organisée par la AAMSU s’est déroulée dans différentes villes de l’Etat d’Assam. Lors de cette manifestation plusieurs journalistes ont été attaqués par les participants alors qu’ils couvraient l’évènement. Amulya Nath de la chaîne News Live a ainsi été brutalisé par des manifestants et son appareil photo lui a été arraché. Quatre autres journalistes se sont plaints de violences similaires et un camion de presse a été incendié.

En réaction, quatre organisations de journalistes locales ont dénoncé ces attaques, dans des déclarations séparées : Journalists’ Forum Assam, Electronic Media Forum Assam, Assam Photo Journalist Association et Assam Union of Working Journalists. Elles ont saisi les autorités afin qu’elles trouvent les coupables au plus vite.

Depuis plusieurs mois, la région d’Assam connaît de violents troubles, entre la tribu locale des Bodos et les musulmans de la région. Ces violences ont déjà fait plus de 80 morts et ont provoqué le déplacement de plus de 400 000 personnes. Elles avaient conduit le gouvernement, soucieux d’arrêter la diffusion de contenus incitant à la violence, à bloquer des centaines de sites Internet et des comptes de réseaux sociaux au nom de la sécurité nationale.

Le 11 août dernier, une manifestation à Bombay avait provoqué des violences intercommunautaires similaires. La foule avait été dispersée par la police à l’aide de gaz lacrymogène. En signe de protestation, les manifestants s’en étaient pris aux médias présents. Trois journalistes ont été blessés et plusieurs camions de presse ont été brûlés, dont celui de la chaîne d’informations ABP News. Du matériel appartenant aux médias présents a aussi été endommagé par les manifestants.

L’Inde figure au 131ème rang dans le classement de la liberté de la presse 2011-2012, établi par Reporters sans frontières.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums